Actualites
19:35 20 décembre 2016

Nouvel An: la sécurité au cœur de la fête sur Grande-Allée

SÉCURITÉ. Les récents événements survenus à Berlin font réfléchir à propos de la façon dont il faut assurer la sécurité lors de la fête du Nouvel An à Québec le 31 décembre prochain.

La Ville ramassait mardi matin les blocs de béton installés autour du marché de Noël allemand. (Photo TC Media – François Cattapan)

«Ce n’est écrit dans aucun manuel que ça n’arrivera jamais chez nous», pense Martin Sirois, propriétaire de Sécurité Sirois, principal responsable de la sécurité pour la fête du Nouvel An à Québec. L’homme d’affaires assure que son entreprise a revu sa façon de travailler depuis les attentats de Boston en 2013. «On met les mêmes normes partout», affirme-t-il.

Une rencontre est prévue ce mercredi avec les instances décisionnelles, dont le bureau des grands événements pour s’assurer que l’ensemble des acteurs est sur la même longueur d’onde en matière de sécurité.

«Dans mon livre à moi, la population mérite autant de sécurité que les artistes et les dignitaires qu’on reçoit, estime M. Sirois. D’autant plus qu’on a la meilleure foule au monde à Québec.»

Du côté du Service de police de la Ville de Québec, on souligne que le Projet K, mis en place en 2013, a été conçu pour répondre aux besoins d’en l’éventualité d’une crise majeure. «Ça inclut tous les gros événements», explique le porte-parole du SPVQ, Étienne Doyon.

Ce dernier rappelle que ce n’est pas d’hier que le climat international entre dans la balance du déploiement des effectifs de policiers lors de grands événements. «Ça doit faire une dizaine d’années qu’on est à l’affût de ce genre de situation», explique-t-il. La division des renseignements criminels est aussi active avant tout grand rassemblement pour prévenir la menace.

Pour la fête du Nouvel An à Québec, plusieurs facteurs entrent en ligne de compte dans l’élaboration du déploiement des effectifs policiers. Outre les événements majeurs comme celui de Berlin, la température ou la consommation d’alcool par exemple font aussi calculer avant la tenue de la fête. Le même exercice se tient à tous les grands rassemblements, comme le Festival d’été de Québec ou la Saint-Jean-Baptiste.

Des mesures «civilisées et humaines»

Le maire de Québec a affirmé mardi après-midi qu’il y aurait de la sécurité durant les festivités du 31 décembre, mais d’une façon qui ne gâchera pas la fête. «Quand on met des mesures trop drastiques, les gens n’aiment pas ça, on va faire ça correctement et on va faire le maximum, tout en restant civilisé et humain.»

Régis Labeaume a insisté sur le fait qu’il ne voulait pas embourber la fête de trop de sécurité. «Il va y avoir des policiers aux deux extrémités, mais on ne fouillera pas les gens. On va s’assurer qu’ils n’auront pas de pièces pyrotechniques sur eux. Si les gens essayent d’amener des 40 onces [d’alcool], je pense que ça ne sera pas subtil.»

Ce dernier a aussi voulu montrer que malgré certaines incertitudes, les choses étaient sous contrôle. «J’ai toujours dit qu’on n’était pas à l’abri, ça ne sert à rien de mentir, mais toutes les mesures sont prises, tout est fait», a-t-il assuré.

(Avec la collaboration de Mathieu Turgeon et Monica Lalancette)

TC Media

Benoit Prisca


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette