Actualites
22:16 1 août 2016

Des vêtements livrés par voilier pour la maison Simons

TRANSPORT. Une cargaison d’une tonne de vêtements de quatre maisons françaises est arrivée lundi matin au port de Québec. Livrés par le voilier Picton Castle, qui a traversé l’Atlantique en huit semaines, ces vêtements seront vendus par les magasins Simons.

«C’est de plus en plus dans la philosophie de la maison Simons d’encourager le développement durable, que ce soit dans nos magasins ou dans la fabrication de nos vêtements et le transport-logistique», a affirmé Philippe Normand, vice-président marketing à la maison Simons.

L’autre étape, d’après lui, se trouve dans la chaîne de valeur, c’est-à-dire dans la marchandise. «Une des grosses étapes polluantes en marchandise, c’est toujours le déplacement.» Quand Port Franc a approché Simons avec l’idée de transporter tout le matériel de La Rochelle (en France) à Québec avec un voilier, la chaîne a sauté sur l’occasion pour tenter un transport qui correspond à sa vision du développement durable.

Au port de Québec, les boîtes se sont rendues aux entrepôts de Simons par l’entremise de cinq voitures électriques de Téo Taxi. «Si on voulait avoir une chaine de transport carboneutre, il fallait un transport électrique jusqu’à nos centres de distribution. Nous avons contacté Téo Taxi pour transporter la marchandise du port de Québec, jusqu’à nos centres de distribution», a expliqué Philippe Normand.

Selon lui, la collection de vêtements correspond aussi à ces valeurs éthiques. «Il va y avoir des marinières, qui sont des gilets marins lignés à l’horizontale. Il va aussi y avoir des charentaises, qui sont des pantoufles en moutons. Nous aurons aussi des cirés, qui sont des manteaux imperméables. Tout ça est fabriqué à la main, par des artisans français. On voulait aussi encourager des petites firmes locales.»

Sans donner plus de détails, le vice-président du marketing n’a pas caché qu’il y aurait d’autres associations avec Port Franc. «Notre association avec Port Franc ne fait que commencer.»

«Une idée un peu folle»

L’idée du transport par voilier est venue de Port Franc. L’entreprise de négoce française, qui soufflera sa première bougie en septembre, souhaitait faire valoir les produits de maisons d’artisans français qui n’avaient pas nécessairement les moyens de faire connaître leurs produits à grande échelle. «Au tout départ, l’idée était vraiment d’amener des produits que l’on considère être de qualité. Nous, on est une maison de négoce transatlantique qui importe des produits de très très haute qualité, que l’on considère être du luxe, mais dont les maisons n’ont pas les moyens financiers pour faire de la publicité à la hauteur du luxe. Nous avons émis cette idée folle de faire le transport à la voile pour correspondre avec nos produits éthiques.», a dit Fabien Loszach, associé chez Port Franc.

La prochaine étape pour eux: faire le chemin inverse, soit d’envoyer des marchandises du Québec, en France. «Nous sommes de profonds amoureux du Québec. Nous avons deux associés ici. Ce qu’on veut c’est de participer au développement de l’économie locale ici», conclut M. Loszach.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *