Actualites
01:30 23 octobre 2016

On se marie encore au Québec!

SALON DE LA MARIÉE. Selon des experts présents au 31e Salon de la mariée de Québec, on se marie encore au Québec. Le contexte a toutefois grandement changé dans les dernières années.

D’après Roger Paradis, promoteur du Salon de la mariée de Québec, bien que le domaine du mariage ait énormément changé, on se marie bel et bien encore au Québec. Il y aurait toutefois quelques différences entre aujourd’hui et hier. «Je dirais que de plus en plus, c’est l’homme qui veut se marier. On en voit de plus en plus. On voit aussi beaucoup de gens au-dessus de 30 ans. De plus en plus, les gens s’établissent, ont une famille et décident de se marier après. C’est l’un des plus grands changements dans l’industrie du mariage.»

Ce qui fait que le Salon, qui en est à sa 31e édition en 2016, est toujours aussi populaire, viendrait d’un autre changement dans le monde des mariages selon M. Paradis. «On a de plus en plus de mariages qui ne sont pas à l’église. On se marie en hélicoptère maintenant, c’est rendu un milieu très innovateur. Même aller se marier dans le Sud c’était rare il y a dix ans. La dynamique du Salon a donc énormément changé depuis ce temps-là.»

Pour le promoteur, attirer des gens année après année n’est pas aussi difficile que ça pourrait sembler l’être. «On ne se marie [en général] qu’une fois. Au niveau des visiteurs, c’est une clientèle qui se renouvelle continuellement. Les exposants sont quant à eux très fidèles. Les kiosques ont de nouveaux produits et services à offrir chaque année.»

Suivre les tendances de la mode

Important magazine dans le domaine, Mariage Québec se veut un guide afin d’aider les mariés à organiser un mariage qui leur ressemble. L’un des aspects importants dans un mariage est bien entendu la mode, surtout celle de la robe. «Il y a beaucoup de tendances qui suivent la mode traditionnelle régulière. Il y a beaucoup d’épaules dénudées depuis le printemps dernier, on en voit beaucoup en magasin. Évidemment, la robe suit le thème du mariage. Il y a beaucoup de silhouettes un peu plus épurées et droites, mais avec des détails plus « punch » et de mélanges de matières. Ce n’est plus si différent de la mode « normale »», affirme Marie-Andrée Guimond, rédactrice en chef de Mariage Québec.

Ayant elle aussi remarqué certains changements dans l’industrie, la responsable du magazine abonde dans le même sens que Roger Paradis. «Les jeunes recommencent à se marier. De plus en plus, on remarque que les gens s’organisent le party de leur vie. Ils ne se marient plus nécessairement pour les mêmes raisons qu’avant et mettent beaucoup de temps, d’amour et d’énergie dans l’organisation. La tendance Faites le vous-même (Do it yourself – DIY) est aussi très présente. On s’en va vers quelque chose de très personnel et précieux», ajoute-t-elle.

Et pour le voyage de noces?

Selon Manon Langelier, directrice régionale vacances chez Voyages Laurier du Vallon, les destinations chaudes ont encore la cote chez les nouveaux mariés. «Pour les voyages de noces, les Caraïbes sont bien entendu très en vogue. Il y a aussi des destinations comme Bali et la Polynésie française qui sont très demandées.»

D’après elle, il serait sage d’éviter les périodes de pointe afin de sauver un peu sur le prix du voyage. «Si on parle des Caraïbes, c’est certain que l’été, il y a des périodes de pointe comme les vacances de la construction où c’est autant achalandé que Noël. Si on peut éviter ces périodes-là, c’est l’idéal pour avoir de meilleurs tarifs», explique-t-elle.

Même si les destinations au sud sont encore très populaires, l’agence de voyages ne suggère pas que ces lieux. «On présente différentes destinations comme l’Asie, mais aussi la possibilité de se marier en mer, sur un navire. On ne peut toutefois pas passer à côté des Caraïbes et bien entendu Cuba», conclut Mme Langelier.

Le Salon de la mariée de Québec se poursuit dimanche, de 10h à 17h, au Centre de foires d’Expo-Cité.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *