Actualites
00:19 18 octobre 2016

Dans la rue contre le projet de loi 70 et pour un salaire minimum à 15$ l’heure

MANIFESTATION. Plus d’une centaine de personnes ont pris la rue lundi soir pour contester le projet de loi 70 affectant les prestataires de l’aide sociale et revendiquer une hausse du salaire minimum à 15$ de l’heure

Les manifestants se battaient sur deux fronts lundi lors d’une marche dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté. Si le lien entre les deux causes n’apparaît pas de prime abord, il est pourtant très clair pour Vania Wright-Larin, membre du Regroupement d’éducation populaire en action communautaire des régions 03-12 et porte-parole de la manifestation.

«Nos gouvernements sont très habiles pour diviser la population en plusieurs catégories, les travailleurs et ceux qui n’ont pas cette chance-là, avance le porte-parole. L’idée du gouvernement, c’est de garder un contrôle sur la population et d’obnubiler le véritable problème qui en est un de redistribution des richesses entre les riches et les pauvres.»

Le projet de loi 70 affecte particulièrement les personnes qui font leur première demande d’aide sociale en les incitant à retourner sur le marché du travail. «On veut pénaliser les personnes en leur enlevant de l’argent dans leur chèque s’ils ne se présentent pas dans un programme d’aide à l’emploi», déplore M. Wright-Larin. La pénalité peut aller jusqu’à 224$ par mois, alors que le chèque de base est de 623$ par mois.

«Plutôt que d’insérer positivement ces jeunes-là au marché du travail, on risque de les mettre à la rue», s’insurge le porte-parole.

Liens avec le salaire minimum

L’importance qu’accordent les Libéraux au marché du travail devrait justement inciter ces derniers à augmenter le salaire minimum, selon Vania Wright-Larin. «On veut repousser les gens sur le marché du travail? Bien justement, le marché du travail ne permet même pas aux gens qui travaillent au salaire minimum de se sortir de la pauvreté», condamne-t-il.

La demande d’augmenter le salaire minimum à 15$ l’heure se veut simplement une façon de suivre l’augmentation de l’inflation et des dépenses courantes depuis les dernières années, juge M. Wright-Larin. «C’est nécessaire que ce salaire-là s’ajuste pour que ce soit encourageant de travailler et pour que les gens qui travaillent puissent dépenser», soutient-il.

Québec Hebdo

Benoit Prisca


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette