Actualites
16:11 27 octobre 2016

Contrer le décrochage par les jeux vidéo

PROJET. Durant les sept prochains mois, 80 jeunes de quatre écoles secondaires de Québec s’associeront avec l’organisme Fusion Jeunesse et la compagnie Ubisoft afin de participer à un projet de confection d’un jeu vidéo. Le but, utiliser «la science derrière la production de jeux comme levier d’apprentissage auprès des jeunes du secondaire.»

Pour la deuxième année de ce partenariat, les quatre écoles seront La Courvilloise, Roger Comtois, Jean-De-Brébeuf et Joseph-François-Perrault, qui avait été l’école participante au projet pilote de 2015.

La création du jeu amènera les élèves à travailler plusieurs disciplines en lien avec leur parcours scolaire: les mathématiques pour la programmation, le français et l’anglais notamment pour l’écriture du scénario et l’histoire, puisque le thème de cette année sera les contes et légendes du Québec. «C’est le fun parce qu’on va pouvoir jouer à un jeu vidéo, mais on va aussi apprendre à le créer», explique Raphaël Savard, élève à La Courvilloise.

Tout le groupe pivot, en adaptation scolaire à La Courvilloise, participera au projet. Si certains sont déjà des passionnés des jeux vidéo, ce n’est pas nécessairement le cas pour tous. «Les jeux vidéo m’intéressent un peu moins, mais le projet global m’intéresse malgré tout», explique Sabrina Paré. «On s’est fait dire qu’on n’a pas besoin d’aimer les jeux vidéo. Il y a plein de sphères, alors on peut trouver quelque chose qui nous intéresse», ajoute Justine Dumais.

Tous étaient d’avis que le projet est une motivation pour plusieurs à se rendre à l’école. «Les Jeux vidéo, ça intéresse pas mal de monde. Je pense que ça va en inciter plusieurs à venir à l’école», croit Hugo Paquette, pour qui le fait de travailler avec les professionnels d’Ubisoft est une occasion de donner le meilleur de soi-même.

Dans la province, c’est 280 jeunes de 12 écoles secondaires qui participeront à l’édition 2016-2017. À la fin du projet, des prix seront remis aux équipes qui se seront démarquées. Un gala se tiendra à Montréal, le 2 mai 2017.

Un excellent outil de rétention

Sarah Houde, directrice générale de Fusion Jeunesse, est aussi d’avis que le volet Création de jeux vidéo est une excellente façon de retenir les jeunes à l’école. «Ça a plein d’aspects positifs, comme la volonté de venir à l’école. C’est vraiment bon contre l’absentéisme. Ça crée un engagement extraordinaire chez les jeunes.»

Au total, l’organisme sans but lucratif propose 13 types de projets, dont les jeux vidéo, mais aussi en théâtre, cinéma, musique, design de mode et bien d’autres.

À sa deuxième participation avec Fusion Jeunesse, tout le monde semblait très heureux de participer à nouveau chez Ubisoft Québec. «C’est la deuxième année qu’Ubisoft s’implique avec Fusion Jeunesse pour ce projet extraordinaire. Ça a tellement bien fonctionné l’an passé que tout le monde était content de retenter l’expérience», lance Andrée Cossette, directrice exécutive ressources humaines et communications.

L’entreprise adhère aussi dans le but de motiver les jeunes à demeurer à l’école. «La persévérance scolaire c’est très important et si on peut leur donner un projet concret, un peu de motivation, je trouve que c’est très valorisant et positif pour tout le monde. Ils vont participer à la confection d’un jeu vidéo de A à Z et ils vont avoir à passer toutes les étapes que nos créateurs vivent ici», conclut-elle.

Québec Hebdo

Mathieu Turgeon


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette