Actualites
16:51 18 octobre 2016

Récolter des fonds par l’amour des animaux

BIENFAISANCE. La fondation Élan de l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ) lance sa campagne de financement Compagnons à vie. La population est invitée à inscrire son animal de compagnie sur le microsite, et laisser son charme opérer pour récolter des fonds.

Le concept de cette collecte de fonds mise sur l’amour du public envers leurs animaux de compagnie. La totalité des fonds sera investie pour financer des projets comme l’achat d’équipements spécialisés, le réaménagement d’aires de thérapie ainsi que le déploiement d’activités sociales et d’aides financières pour les usagers financièrement démunis de l’IRDPQ.

L’Institut de réadaptation en déficience physique utilise déjà les chiens depuis une dizaine d’années, dans les thérapies, notamment auprès des enfants. Zodiac et Gumbo ont leurs cartes d’employés attachées sur leurs colliers et ont un rôle bien précis que ce soit en physiothérapie, en ergothérapie, en orthophonie, en psychologie ou autres thérapies.

Gumbo est surtout utilisé lors des thérapies, et Zodiac a davantage un rôle de récompense pour les enfants qui travaillent dur pour retrouver leurs capacités physiques.

Le petit Guillaume, amputé depuis peu, était très heureux de nous présenter Gumbo, son chien favori. «Je t’aime Gumbo», lui chuchotait-il à l’oreille.

Le président du conseil d’administration de la fondation affirme que ces enfants font preuve d’énormément de «courage et de détermination pour surmonter les obstacles qui se dressent devant eux». Certains enfants suivis à l’institut ont des déficiences physiques depuis leur naissance, d’autres vivent ces événements suite à un accident ou autres.

Marie-Chantal Picard, ergothérapeute pour le CIUSSS, explique qu’on peut utiliser les chiens dans toutes sortes de thérapie, allant du physique au support moral pour qu’un enfant se confie plus aisément.

En ergothérapie, par exemple, on utilise le chien en mettant une pochette sur son dos où l’enfant doit attacher des boutons, ouvrir et fermer des fermetures éclair pour pratiquer sa motricité fine.

Les enfants qui apprennent à marcher avec une prothèse peuvent aussi utiliser le harnais du chien plutôt qu’une canne, quand ils sont rendus à ce niveau dans leur réadaptation. «C’est plus stimulant de faire les exercices avec un chien», explique l’ergothérapeute. Les chiens doivent être capables de marcher au même rythme que l’enfant et monter les marches en même temps que lui.

Chaque chien, ainsi entraîné, coûte extrêmement cher, on parle d’environ 15 000$. La présence de Gumbo et Zodiac auprès des enfants est possible grâce à la fondation Élan. Ils ont été entraînés par Mira et ont ensuite été désensibilisés pendant plusieurs mois.

Marie-Pascale Fortier


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette