Actualites
19:44 14 juin 2016

Un équipage «viking» débarque dans le Port de Québec

INUSITÉ. Un véritable navire viking est accosté au port de Québec jusqu’à vendredi. Parti de Norvège en avril dernier, il fait escale avant de reprendre sa route vers les Grands Lacs pour commémorer les 1000 ans de la première traversée de l’Atlantique.

Depuis son départ du port norvégien de Haugesund, le Draken Harald Hårfagre a suivi la route maritime empruntée par les Vikings un millénaire avant lui. Le drakkar, qui est une réplique presque parfaite d’un navire construit au 8e siècle, a fait escale à Shetland, aux îles Féroé, en Islande et au Groenland, avant de toucher terre le 1er juin, à Terre-Neuve.

«Les gens disaient que c’était impossible, mais nous l’avons fait. Nous avons fait l’impossible», se réjouit le capitaine Björn Ahlander. Naviguer avec une seule voile n’a pas été de tout repos, même pour cet habitué du large qui cumule plus de 35 ans d’expérience. Lui et son équipage d’une trentaine de marins originaires d’une douzaine de pays ont bravé de nombreuses tempêtes et intempéries en mer, «mais ici, c’est l’été!», ce qui devrait faciliter la navigation jusqu’au Connecticut, au fil des Grands Lacs.

La vie sur le pont

Bien que l’équipage aime bien se dire «Viking», leur traversée a été simplifiée par quelques commodités modernes, note Charlène Gicquel, lieutenant à bord. La cuisinette, les instruments de navigation et les moteurs n’ont en effet rien d’époque. Tout le reste est néanmoins digne de l’architecture navale des Vikings. Long de 35 mètres, le drakkar est construit en chêne et comme à l’époque, ses cordages sont enduits de goudron. Au centre du navire, un petit abri de toile permet aux marins de se reposer, pendant qu’une dizaine d’autres se succèdent en permanence sur le pont, où se fait également la cuisine, raconte Mme Gicquel.

Un navire à visiter

Jeudi et vendredi de 15h à 18h, la population est invitée à visiter le navire qui est accessible par la rue Dalhousie.

Il reprendra le large samedi après avoir accueilli à son bord une nouvelle cohorte de bénévoles, sélectionnés à même une banque de candidature de près de 4000 noms, qui se joindront aux professionnels pour deux mois en mer.

Pour naviguer vers Toronto, l’équipage du Draken Harald Hårfagre troquera sa voile pour les moteurs. «C’est la partie touristique du voyage!», blague Charlène Gicquel. Dans les Grands Lacs, le bateau viking rivalisera avec les régates dans le cadre du festival Tall Ships America, dont il suivra le circuit jusqu’à son port final de Mistic Rover, dans le Connecticut, en octobre.

Québec Hebdo

Monica Lalancette


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *