Actualites
19:42 15 novembre 2016 | mise à jour le: 15 novembre 2016 à 19:42

Québec déversera ses eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent

ENVIRONNEMENT. La Ville de Québec s’apprête à déverser 135 millions de litres d’eaux usées non traitées dans le fleuve Saint-Laurent et la rivière Saint-Charles pour des travaux d’entretien dans ses stations d’épuration des eaux usées.

La Ville demande la participation des citoyens pour minimiser la consommation d’eau lors des périodes de travaux.

(Photo TC Media – Archives)

Des travaux de natures électriques et mécaniques nécessitent l’intervention de la Ville de Québec dans quatre stations d’assainissement des eaux usées. Les coûts des quatre interventions s’élèvent à 50 000$.

La quantité d’eaux déversées dans le fleuve Saint-Laurent par Québec est bien moins grande que le déversement de la Ville de Montréal. Celui-ci se chiffrait à 4,9 milliards de litres d’eaux non traitées, soit près de 36 fois plus que ce qui est prévu à Québec.

Après ce qu’il appelle le «syndrome Montréal», le maire de Québec Régis Labeaume a voulu jouer de prudence en annonçant les travaux à effectuer dans les différentes stations d’assainissement. «Les gens ont découvert que toutes les villes surversaient dans le fleuve, relate M. Labeaume. Quand on nous a annoncé ces travaux-là, on s’est dit qu’on allait le faire en toute transparence.» Les travaux d’entretien de même nature sont nécessaires environ tous les trois ans, selon le directeur du Service du traitement des eaux de la Ville de Québec, Gilles Labbé.

À sa défense, la Ville estime que si aucun travail de prévention n’est réalisé, c’est jusqu’à 1,5 milliard de litres d’eaux non traitées qui pourraient être déversés dans le fleuve Saint-Laurent. «C’est comme un changement d’huile. Fais-le tout le temps et ça ne va pas te coûter cher, mais arrête de le faire et ça va te coûter cher», illustre M. Labbé.

Sommes astronomiques

Difficile de s’imaginer éviter tout déversement dans le fleuve Saint-Laurent sans engendrer des dépenses coûteuses. «On parle de milliards de dollars», explique le maire Labeaume. L’opposition officielle a avancé l’idée en comité plénier de créer des bassins de rétention en amont des stations pour éviter dans le futur les déversements des eaux usées directement dans le fleuve Saint-Laurent, un projet dont les coûts s’élèveraient à plusieurs centaines de millions de dollars aux dires des experts invités. «Je ne peux pas refaire une ville de 408 ans au complet», s’est exclamé Régis Labeaume.

L’opposition officielle se questionne à propos des raisons qui ont poussé l’administration municipale à convoquer un comité plénier pour traiter du sujet. «Ce sont des travaux qui étaient prévus au PTI, alors il n’y a pas de grandes surprises, lance le chef de l’opposition Paul Shoiry. Pourquoi faire une grosse affaire avec un projet qui semble assez clair et bien expliqué, accepté par le ministère de l’Environnement?»

Les stations de l’ouest et de l’est de la ville sont les premières à être entretenues les 22 et 23 novembre prochains. Les travaux d’entretien électrique nécessitent l’arrêt des stations pour une durée de 14 heures à l’ouest et 13 heures à l’est. Au total, c’est 110 millions de litres qui seront déversés dans le fleuve Saint-Laurent pour ces deux stations.

Au poste Saint-Pascal, des réparations mécaniques seront réalisées dans la nuit du 1er au 2 décembre prochain pendant 6 heures, pour un total de 18 millions de litres déversées. Du côté du poste de Limoilou, les travaux prévus en février 2017 sont en vue d’une série plus grande de réparations à venir ultérieurement. Près de 7 millions de litres seront déversés lors de l’intervention, dont 3 millions dans la rivière Saint-Charles.

Au total, la Ville de Québec traite annuellement 137 milliards de litres d’eaux usées dans ses différentes usines d’assainissement. Chaque année, c’est 4,9 milliards de litres d’eaux non traitées qui sont déversés dans les différents cours d’eau de la ville pour des raisons incontrôlables, comme des pluies abondantes ou la fonte des neiges et 580 millions de litres pour des raisons contrôlables, comme des bris à l’équipement.

Résumé des travaux

22 novembre: station d’épuration Ouest, entretien électrique, durée de 14 heure, 50 millions de litres déversés

23 novembre: station d’épuration Est, entretien électrique, durée de 13 heures, 60 millions de litres déversés

Nuit du 1er au 2 décembre: Poste Saint-Pascal: réparation mécanique, durée de 6 heures, 18 millions de litres déversés

Février 2017: poste Limoilou, installation d’une valve pour de futurs travaux d’envergure, durée de 10 heures, 7 millions de litres déversés

 

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *