Actualites
00:46 9 novembre 2016 | mise à jour le: 9 novembre 2016 à 00:46 temps de lecture: 3 minutes

Nouveau modèle d’affaires pour le pont de Québec

INFRASTRUCTURE. La firme Mallette et le président de son conseil d’administration provincial, Mario Bédard, travailleront à mettre en place un nouveau modèle d’affaires pour assurer la pérennité à long terme du pont de Québec.

«C’est un pont qui est unique au Québec et au Canada, alors on veut un modèle d’affaires qui va être unique pour ce pont-là», a affirmé le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, Alain Aubut, aux termes du Forum sur l’avenir du pont de Québec qui se tenait mardi au Centre des congrès. L’événement visait à explorer les enjeux reliés à l’économie, au patrimoine et à la science entourant le pont de Québec.

Mario Bédard s’est fait connaître dans la région notamment pour avoir présidé la campagne de financement J’ai ma place qui visait à doter la ville de Québec d’un nouvel amphithéâtre. «Quand on parle d’un modèle d’affaires nouveau, ça veut aussi dire de proposer un modèle de gouvernance où les citoyens auront leur mot à dire», a ajouté M. Aubut. Le modèle d’affaires sera ensuite présenté aux différents paliers de gouvernement et au Canadien National (CN).

Il n’est pas trop tard

La question est inévitablement revenue sur la table lors du forum sur le pont de Québec: est-il trop tard pour remettre en valeur le pont de Québec? «La réponse de notre expert John Andrew qui est venu parler de la question avec nous, c’est que non, il n’est pas trop tard», a spécifié Jacques Jobin, ancien président de la Coalition pour la sauvegarde et la mise en valeur du pont de Québec. L’ingénieur écossais a travaillé sur le projet du Forth Bridge en Écosse, le pont jumeau du pont de Québec.

Reste à mobiliser la population derrière ce projet pour réussir à voir bouger les choses, selon M. Andrew. «C’est en envoyant un message de mobilisation qu’on va réussir à éveiller l’intérêt des gouvernements et du CN pour trouver une solution à cette situation inacceptable qui fait que le pont se détériore à une vitesse exponentielle», a résumé M. Jobin.

Les travaux menés sur le pont Forth Bridge en Écosse ont été réalisés à l’aide de fonds publics à la hauteur de 214M$ sur 10 ans. «Il faut sortir de l’idée unique de la peinture du pont et regarder ce qu’on peut faire d’autre», estime M. Aubut. Les idées d’un nouveau centre d’interprétation à l’Aquarium ou encore d’aller chercher les vestiges du pont toujours au fond du fleuve Saint-Laurent ont été lancées.

L’option du rachat du pont de Québec a toutefois été écartée du tableau par les élus. Sam Hamad et Joël Lightbound, tous deux députés de Louis-Hébert à Québec pour le provincial et le fédéral respectivement, ont spécifié clairement que leur gouvernement n’investira pas pour racheter l’infrastructure appartenant au CN. Plusieurs employés de la compagnie ont fait acte de présence lors du forum. Aucun élu des villes de Québec et Lévis n’a pris part aux conférences.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *