Actualites
01:09 11 novembre 2016 | mise à jour le: 11 novembre 2016 à 01:09 temps de lecture: 3 minutes

Objectif de 750 000$ pour Lauberivière

ITINÉRANCE. La Maison Lauberivière a organisé pour la première fois une visite inédite de ses locaux, une façon de marquer le lancement de leur grande campagne de financement annuelle, dont l’objectif est de 750 000$.

L’organisme de Lauberivière qui lutte contre la pauvreté et l’itinérance à Québec s’est dévoilé jeudi pour le lancement de sa grande campagne de financement. À l’image d’une bibliothèque vivante, chaque section a pris vie avec des intervenants venus expliquer ce que représentait l’organisme pour eux.

Guidée par le directeur général de Lauberivière, Éric Boulay, la visite s’est ouverte dans les bureaux du bénévolat de l’organisme. Le président du conseil d’administration de la Fondation Lauberivière, Jean Roy, a fait savoir qu’un carton allait être envoyé dans quelque 225 000 foyers de Québec pour susciter la générosité des citoyens de Québec jusqu’au 31 janvier 2017. Fait à noter, «tous les fonds utilisés par Lauberivière viennent de la fondation», a laissé savoir M. Roy, les programmes des gouvernements fédéral, provincial et municipal viennent compléter le tout.

La visite se poursuit vers le secteur de dégrisement de la Maison, une alternative pour les personnes intoxiquées qui ont besoin d’un moment de répit. «On les accueille sans juger et sans poser trop de questions, mais ça nous permet de semer quelques graines», explique M. Boulay.

Un usager de Lauberivière, Yves L. nous attend dans le secteur pour hommes. «Quand je suis arrivé à Québec, j’avais deux choix: continuer ma consommation ou reprendre ma vie en main, raconte-t-il, visiblement ému. C’est l’accueil qui m’a frappé le plus ici. Quand je suis arrivé, j’étais à terre. Maintenant, je suis bien habillé et bien dans ma peau.» Les 39 lits de ce secteur accueillent 1500 hommes différents chaque année. Les visites s’accompagnent d’un plan de sortie pour reprendre sa vie en main.

Retomber sur ses jambes

Lauberivière comprend aussi un secteur de rétablissement, un endroit où les hommes et les femmes qui sortent d’une hospitalisation peuvent réintégrer une routine de vie. «C’est important de rappeler que la santé mentale est un facteur de risque à l’itinérance, mais n’en est pas la cause», tient à préciser M. Boulay. Les 10 chambres individuelles permettent d’héberger les usagers pour une période de trois mois.

Après un passage dans la section de l’hébergement pour femmes qui accueille près de 300 visiteurs par année, Éric Boulay nous amène vers les locaux du programme L’aube de l’emploi qui offre une formation complète en entretien ménager. Les deux patrons d’honneur de l’organisme s’y trouvaient: le cardinal Gérald Cyprien Lacroix et le maire Régis Labeaume. «Le visage de la Ville ne serait pas le même sans les organismes communautaires», a souligné le maire avant de descendre avec son collègue servir 200 repas aux usagers du service. La visite s’est conclue par un tour dans les cuisines, où les cuisiniers bénévoles s’activaient pour préparer le repas.

Vers un déménagement

Les locaux occupés présentement par Lauberivière sont vétustes. Les coûts de rénovation avaient été évalués à 24M$ il y a trois ans. Pour l’instant, la Ville de Québec a offert de réserver un terrain près de l’ancien cinéma Charest dans Saint-Roch, selon M. Boulay. Néanmoins, il reste des discussions à avoir avant de quitter les lieux.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *