Actualites
18:05 28 novembre 2016 | mise à jour le: 28 novembre 2016 à 18:05 temps de lecture: 3 minutes

Les inconduites sexuelles dans l’armée condamnées à Valcartier

ARMÉE. Le colonel Michel-Henry St-Louis, commandant du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC), a réagi, ce matin, aux résultats du sondage de Statistique Canada sur les inconduites sexuelles dans les Forces armées canadiennes, des comportements qu’il tente d’éradiquer.

Le colonel St-Louis a réagi aux résultats du sondage sur les inconduites sexuelles. (Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier)

Les résultats du sondage sur les inconduites sexuelles dans l’armée démontrent que 79% des membres de la Force régulière ont entendu, ont vu ou ont été personnellement la cible de comportements sexualisés en milieu de travail militaire ou impliquant des militaires, des employés du ministère de la Défense nationale ou des entrepreneurs».

Le colonel St-Louis a fermement insisté sur le fait qu’il dénonce ces comportements en tant que commandant. Il estime qu’il s’amorce un véritable changement de culture dans les Forces armées canadiennes.

«Ce qu’on trouvait drôle il y a 25 ans n’est plus nécessairement drôle aujourd’hui», a-t-il affirmé à l’occasion de l’inauguration de deux nouveaux bâtiments à la base militaire de Valcartier. Effectivement, le sondage réalisé par Statistique Canada démontre que les blagues à caractère sexuel représentent le comportement sexualisé le plus fréquent en milieu de travail. Ce sont 76% des membres de la Force régulière qui en ont été la cible, ou en ont été témoin.

«Je ne suis pas devant vous pour dire qu’on crie victoire, mais je me réjouis de plus en plus de transparence». Il affirme également que de plus en plus de jeunes hommes et de jeunes femmes osent affirmer qu’ils ont «subi quelque chose».

À ce propos, le sondage démontre que «81% des membres de la Force régulière sont fortement d’accord pour dire que les plaintes liées à des comportements sexuels inappropriés sont prises au sérieux dans leur unité actuelle».

Le caporal-chef du 3e bataillon du Royal 22e régiment, Ian Chagnon, affirme que les efforts qui ont été déployés au niveau des forces canadiennes, avec entre autres les campagnes de sensibilisation et la promotion de la culture sur le comportement sexuel, ont eu un effet positif au sein des unités.

Avec le resserrement des mesures administratives qui sont plus sévères quand un membre est pris en infraction, je crois effectivement qui y a un changement positif sur l’inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes», d’ajouter le caporal-chef.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *