Actualites
17:24 7 novembre 2016 | mise à jour le: 7 novembre 2016 à 17:24 temps de lecture: 4 minutes

Québec, «reine du développement économique», vante Labeaume

ÉCONOMIE. En 2016, le tourisme a été à son meilleur depuis 2008 et c’est encore à Québec que le taux de chômage est le plus bas à travers la province et le pays, se réjouit la Ville de Québec.

Ce sera à la table de concertation de définir les exigences et les critères de qualité des guides touristiques. (Photo TC Media – Archives)

Québec est en voie de connaître une 25e hausse du produit intérieur brut (PIB) consécutive: ce qui représente la plus grande période observée dans l’histoire du Canada, a soutenu le maire, en séance régulière du conseil municipal. Avec plus de 445 000 emplois, Québec affiche le plus bas taux de chômage au pays pour un 7e mois consécutif.

Main-d’œuvre

Le secteur des services continue d’être la «locomotive», a fait valoir le maire. Or, la main-d’œuvre commence à se faire rare. Pour régler le problème, la francophonie européenne est la solution, dit Régis Labeaume, qui mise sur l’attraction de travailleurs internationaux. Les maires des grandes villes françaises et belges sont prêtes à collaborer, a-t-il soutenu: «Ce que je dis au gouvernement fédéral, c’est “aidez-nous”.» Ramener le territoire d’accueil à la région métropolitaine de recensement (RMR) est selon lui la solution.

Tourisme

L’économie va bien et le tourisme aussi, a salué Régis Labeaume de concert avec l’Office du tourisme de Québec (OTQ). L’augmentation globale pour l’été s’est chiffrée à 6,5 % par rapport à la même période en 2015. La plus forte hausse enregistrée pour la saison estivale s’inscrit pour la fréquentation des restaurants avec un bond de 8,9 % par rapport à l’année précédente. L’occupation hôtelière grimpe quant à elle de 5,7 % pour l’ensemble de la région à 81,3% et de 5,6 % sur le territoire de la ville de Québec. Ce pourcentage augmente à 6,8 % pour les MRC de la couronne verte : Portneuf, La Jacques-Cartier, La Côte-de-Beaupré et L’Île-d’Orléans.

Le maire Labeaume a salué ces progrès, en vantant l’offensive de marketing de l’OTQ, qui a bonifié ses investissements publicitaires de 70 % sur le marché américain seulement. L’investissement correspond à un budget total de 2,2 millions de dollars. De plus, un nouveau partenariat entre l’OTQ et Destination Canada a permis un plus large rayonnement de Québec sur le marché international. À cet effet, les entrées des touristes internationaux aux frontières du Québec ont crû de 8,3 % dans une proportion de 4,2 % pour les Américains et de 15,7 % pour les touristes en provenance des autres pays.

La faiblesse du dollar canadien face au dollar américain et à l’euro, le faible prix de l’essence jumelé à l’aspect sécuritaire de la destination dans le contexte mondial actuel permettent en partie d’expliquer ce bilan, dit la Ville.

Pas si rose, dit l’opposition

Pour le chef de l’opposition officielle Paul Shoiry, le maire de Québec devrait faire attention de ne pas attribuer tout le mérite de la bonne saison touristique à son administration, en plaidant l’argument de la faiblesse du dollar.

Il en a dit autant du bilan économique présenté par Régis Labeaume. «Quand on parle aux jeunes, ils ont de la misère à trouver des emplois», a fait valoir M. Shoiry. Sur les terrains des propriétaires et des promoteurs, les pancartes à vendre se multiplient par ailleurs. La baisse de valeur des ventes est pour lui un signe clair que les «gens s’appauvrissent».

Aux taux d’inoccupation des principales artères commerciales qui se situent en deçà des seuils de rotation normaux de 5% à 7% selon le maire, le chef de l’opposition conclut: «C’est une chose que les commerces soient loués, mais c’est autre chose de quand un commerçant va commencer à faire des profits».

Avec la collaboration de Perrine Gruson et Monica Lalancette

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *