Actualites
15:07 29 septembre 2016 | mise à jour le: 29 septembre 2016 à 15:07 Temps de lecture: 3 minutes

Le Centre Jardin Hamel pourra poursuivre ses activités au-delà du 30 septembre

PROLONGATION. Le Centre Jardin Hamel et la Ville de L’Ancienne-Lorette en sont finalement venus à une entente. Le commerce, qui a été ravagé par un incendie le 7 mars dernier, pourra continuer d’opérer au-delà de la fin de l’entente précédente.

Le copropriétaire du Centre Jardin Hamel Jean-Paul Daousté (Photo TC Media – Monica Lalancette)

«C’est une très bonne nouvelle. Les deux côtés ont fait des compromis. Ça regarde bien pour la suite», affirme Jean-Paul Daoust, l’un des copropriétaires.

L’entreprise du boulevard Hamel avait obtenu une autorisation lui permettant d’opérer sous un grand chapiteau, pour la saison estivale. La première entente stipulait toutefois qu’il devait être démantelé le 30 septembre.

Après plusieurs semaines qui ont semblé complexes, les deux partis ont convenu que le Centre Jardin Hamel pourrait continuer d’opérer. Il serait par contre fort improbable que le chapiteau demeure en place avec l’hiver qui s’approche. «Ce n’est pas une structure faite pour l’hiver, mais on va la garder le plus longtemps possible.»

Bien qu’il n’y ait pas encore d’entente signée, M. Daoust affirme qu’une architecte est déjà sur le dossier pour une construction le plus rapidement possible. «J’ai parlé à l’architecte ce matin [jeudi matin]. Elle m’a dit que ce n’était pas possible d’avoir les plans pour vendredi, mais ça ne devrait pas être très long. J’aimerais avoir creusé les fondations avant le gel, pour une ouverture en février ou en mars», explique-t-il.

Durant les travaux, le chapiteau sera retiré, pour ne pas construire à travers la clientèle. «On va l’enlever dès le début de la construction. Nous allons déménager nos activités pour les Fêtes dans un autre local», conclut le copropriétaire.

Loranger est satisfait

Du côté du maire Émile Loranger, la nouvelle est accueillie positivement. «C’est certain qu’on est content. J’ai parlé avec Jean-Paul Daoust hier [mercredi] et nous avons trouvé une façon de rendre ça conciliable pour tout le monde. Je n’ai jamais caché que ce que je voulais, c’était le plus de taxes municipales possible.»

Selon lui, la balle est maintenant dans le camp des propriétaires du Centre Jardin Hamel. «Si ce qu’ils doivent nous déposer dans les prochains jours est conforme, ils pourront commencer la construction dès cet automne. Si ce n’est pas conforme, le permis ne sera pas délivré. Je suis sûr que ça va être correct», conclut Émile Loranger.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *