Actualites
19:36 29 septembre 2016 | mise à jour le: 29 septembre 2016 à 19:36 temps de lecture: 3 minutes

Québec, plus rose que jamais

CANCER. Un nombre record de 70 bâtiments et sites touristiques s’illumineront de rose en octobre en soutien aux femmes atteintes du cancer du sein. L’événement Québec ville en rose au profit de la Fondation du CHU de Québec rallie cette année des participants de Lévis, en plus de ses partenaires de Portneuf et de Québec.

Les «porteuses de lumière» Julie Couture et Sarah-Maude Bélanger (au centre), entourées de la directrice du Centre des maladies du sein du CHU-Université Laval de Québec, Christine Desbiens, et de l’instigatrice de Québec ville rose, Louise Cordeau. (Photo TC Media – Monica Lalancette)

«Ce sera la grande région de Québec qui va s’illuminer!», s’est réjoui Louise Cordeau, éditrice et chef de la direction du Journal de Québec.

Fière d’un nombre record de participants, l’instigatrice de l’événement s’est aussi donné pour défi de faire rayonner la cause bien au-delà de la région de Québec. L’événement se rendra ainsi visible aux croisiéristes grâce à la collaboration du Port de Québec, de même qu’aux congressistes du Sommet international des coopératives.

Porteurs de lumière

On espère cette année dépasser la somme de 176 000$ amassée l’an dernier. Pour y arriver, l’organisation compte sur le soutien du public à ses 35 «porteurs de lumière». Sarah-Maude Bélanger est l’une d’eux.

À 21 ans, la jeune femme a reçu un diagnostic de cancer du sein. Un an et trois chirurgies plus tard, elle retrouve tranquillement son rythme de vie: «Je ne peux pas dire que je suis en rémission totale, mais on me suit de près».

Comme un pied de nez à la maladie, elle poursuit ses études en médecine dentaire comme elle l’a fait après le diagnostic. S’impliquer pour Québec ville en rose est sa façon de redonner au Centre des maladies du sein du CHU-Université Laval de Québec et de «montrer aux femmes qu’on n’est pas toutes seules là-dedans et qu’il y a des gens qui se battent pour notre santé». «C’est une prise en charge globale, témoigne-t-elle, et au moment où on se sent un peu perdue, ils viennent nous voir et nous dire: on est là pour toi et on a plusieurs outils pour te venir en aide.»

Recherche locale

L’argent amassé cette année servira à financer la recherche locale du Centre des maladies du sein. Au fil des ans, analyser les traitements et les méthodes aura permis de «diminuer les effets secondaires, limiter certaines chirurgies, comprendre le vécu des femmes atteintes de cancer ou même prouver qu’un cancer n’occasionne pas plus de séparations de couple que dans la population en général», fait valoir la chirurgienne oncologue Dre Christine Desbiens, directrice du Centre.

«Ce sont des informations qui sont intéressantes à dire aux patientes», a-t-elle souligné, en admettant dans un sourire qu’il puisse être plus «glamour» de financer un appareil de technologie d’avant-garde. «Mais dans la réalité nos besoins ne sont pas toujours dans la technologie».

En plus des porteurs de lumière que le public peut soutenir, un cocktail-bénéfice aura lieu le 12 octobre prochain en présence d’environ 200 partenaires.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *