Actualites
17:31 26 février 2018 | mise à jour le: 26 février 2018 à 17:31 temps de lecture: 3 minutes

Fugueuse: une fiction pas si fictive

Bien des Québécois ont été touchés par l’histoire de la petite Fanny, 16 ans, personnage principal de la série Fugueuse. Bien qu’il s’agisse d’une série fictive, la série s’inspire de la réalité vécue par des jeunes filles piégées dans l’univers de la prostitution.

Des vidéos et outils complémentaires sont disponibles sur le site de TVA.

Photo gracieuseté – TVA Maude Arsenault

Nancy Delisle, chef de service à la Direction de la protection de la jeunesse au CIUSSS de la Capitale-Nationale croit que cette série, diffusée sur les ondes de TVA, est bien représentative de cette réalité encore taboue. «Je vous dirais même que c’est tellement réaliste qu’on n’a pas de surprise dans l’émission. Quand on regarde l’émission on sait a peu près ce qui va arriver et où ça s’en va.»

Mme Delisle explique que quand une jeune fille en vient à être exploitée, elle passe par tout un processus, en commençant par la lune de miel. Pendant cette période, elle change de cercle d’amis, elle va à des fêtes et reçoit des cadeaux.

Ensuite commence la deuxième phase, la phase de désensibilisation, lors de laquelle elle est emmenée à vivre des expériences sexuelles qu’elle n’aurait pas vécu normalement à son âge, par exemple avec plus d’un partenaire. Le proxénète va normaliser ces comportements.

La troisième phase est motivée par l’appât du gain. La jeune fille va avoir, à ce moment, plus d’avantages à continuer ce mode de vie, que d’inconvénients. Dans l’émission, c’est le moyen que prend Fanny pour aider son copain à amasser de l’argent pour payer son vidéoclip.

Après ces trois phases vient une période de crise et de réflexion à savoir si elle quitte son proxénète ou reprend l’exploitation. «Toute la manipulation qu’on voit dans la série est très réaliste. Les proxénètes savent très bien comment contrôler ces jeunes filles-là, que ce soit par l’amour, la consommation ou l’argent», explique la chef de service à la DPJ.

Impact positif

Selon elle, grâce à l’émission, «les jeunes filles exploitées pourraient être plus portées à aller vers un adulte de confiance pour dénoncer la situation dont elles sont victimes», explique Mme Delisle.

Elle ajoute que Fugueuse est un bel outil pour les parents afin d’entamer la discussion avec son enfant, que ce soit pour parler d’exploitation sexuelle, de difficultés avec les amis, de relations amoureuses ou de consommation. «C’est moins menaçant de parler d’une émission que de revenir sur quelque chose qui s’est passé dans la journée», explique-t-elle.

Les victimes proviennent de tous les milieux socioéconomiques, mais les proxénètes semblent cibler des individus qui proviennent d’un milieu socio-économique défavorisé.

Les victimes sont souvent des jeunes femmes vulnérables et à risque, telles que des fugueuses ou des filles placées en centre d’accueil.

Données tirées du Portrait provincial du proxénétisme et de la traite de personnes, gouvernement du Québec

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *