Actualites
12:25 7 février 2018 | mise à jour le: 7 février 2018 à 12:25 temps de lecture: 4 minutes

La semaine numérique approche

Près de 25 000 participants du monde se réuniront du 5 au 15 avril à l’occasion de la 3e semaine numérique à Québec (SNQc).

La Consule générale de France, Laurence Haquenauer, le président du CA et la directrice générale de SNQc, Joé Bussière et Martine Rioux, en compagnie de la ministre Dominique Anglade et de la députée municipale, Alicia Despins étaient présents.

Photo TC Media – Geoffré Samson

Pendant les dix jours de l’événement, plus de 100 activités et 200 conférences seront présentées dans plusieurs lieux: le Terminal des croisières, le Musée de la civilisation, le Monastère des Augustines et les bibliothèques de Québec. De plus, les organisateurs s’attendent à accueillir au moins 400 personnes de l’extérieur de la région, dont une délégation de 200 jeunes professionnels de la France, des étudiants et des entrepreneurs en provenance de la Belgique et de l’Afrique.

La SNQc sera l’hôte du Pixel Challenge, une compétition de création numérique au Canada qui durera 48 heures, de plus, le Web à Québec (WAQ) présentera des ateliers à la Bibliothèque Gabrielle-Roy qui amènera les jeunes de 10 à 14 ans à devenir des créateurs du numérique et d’accompagner les plus âgés pour leur permettre de démystifier l’informatique et les technologies.

À cette occasion, un prix de 100 000$, en argent et en services, sera remis à l’un des cinq studios indépendants finalistes, après avoir présenté leur jeu au public devant un jury.

Un volet culturel est proposé, comme la série de conférences et d’ateliers pour toute la famille autour du thème <@Ri>Les objets du futur<@$p> présentés au Musée de la civilisation. Il y aura la présentation de différentes activités Santé+Numérique, CréaCamp, les Matinées numériques, la Journée eCommerce et plusieurs autres.

Le tsunami numérique

Avant la semaine numérique, le Symposium <@Ri>Prévenir le tsunami numérique: un défi pour l’emploi dans la Capitale-Nationale<@$p> était présenté à la fin janvier.

Cet événement était organisé par Québec International, un organisme qui contribue au développement économique de la région métropolitaine de Québec et à son rayonnement international, ainsi que la Coalition FORCE 4.0, un organisme présidé par la rectrice de l’Université Laval, Sophie D’Amours.

Les organismes ont commandé deux sondages, réalisés par la firme Léger, pour mesurer les perceptions de 300 travailleurs et 175 dirigeants d’entreprise aux impacts appréhendés des changements à venir.

Plus de 79% des employeurs et 67% des travailleurs estiment que la vague numérique sera un important défi au cours des cinq prochaines années. Seulement 11% des employés jugent ne pas disposer les acquis pour accomplir leurs tâches quotidiennes dans cinq ans.

Plus de la moitié des travailleurs sondés disent ne pas avoir de plan de développement de leurs compétences.

D’ailleurs, le sondage révèle par ailleurs qu’environ la moitié des travailleurs et des dirigeants considère que l’utilisation des robots, des données massives et de l’intelligence artificielle aura un impact direct sur l’emploi dans leur secteur d’activité, soit la diminution de postes disponibles. Plusieurs employeurs pensent que leur entreprise pourrait être menacée par un concurrent qui ferait un virage en robotisation ou numérisation, voire même la disparition de certaines entreprises.

«L’intégration des technologies numériques offre de grandes opportunités, mais elle amènera aussi son lot de bouleversements. Il est donc essentiel de s’assurer que la région de la Capitale-Nationale soit bien préparée pour tirer profit de ces transformations», conclut Sophie D’Amours.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *