Actualites
17:43 5 mars 2018 | mise à jour le: 5 mars 2018 à 17:43 temps de lecture: 4 minutes

Une histoire d’amour entre Gumbo et Maïka

L’institut en réadaptation physique de Québec (IRDPQ) a toujours fait partie intégrante de la vie de Maïka, une jeune fille née hydrocéphale. Une hémorragie au cerveau en très bas âge lui a causé une hémiparésie, limitant le côté gauche de son corps. La petite a alors commencé ses premières séances de physiothérapie à l’âge de deux mois, mais un diagnostic de trouble du spectre de l’autisme est venu compliquer les traitements. C’est là qu’est entré Gumbo dans sa vie.

Gumbo et Zodiac sont les deux chiens de thérapie en service à l’IRDPQ.

Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier

Le diagnostic a été reçu alors que Maïka était âgée de trois ans. «Les intervenantes de l’IRDPQ avaient à gérer une petite fille très rigide au niveau du comportement et très peu collaboratrice», raconte sa mère, Alexandra.

Gumbo, le chien de thérapie de l’institut, a donc été intégré aux séances, dans l’espoir d’obtenir plus de collaboration de sa part. «Ça a complètement changé la dynamique. Maïka a vraiment cheminé. Après un jeu, elle pouvait donner des croquettes ou brosser Gumbo», mentionne la maman, qui ajoute que les thérapies demandent beaucoup d’efforts mais donnent très peu de résultats immédiats, ce qui peut être frustrant pour les enfants.

La présence de l’animal a beaucoup aidé Maïka à gérer sa colère et son anxiété. «Elle n’avait pas le droit de se fâcher quand Gumbo était dans la pièce. Si elle se fâchait, il fallait le faire sortir parce qu’il avait peur», explique la mère de la petite famille de Sainte-Brigitte-de-Laval.

Le chien est même devenu tellement important dans la vie de l’enfant qu’une photo était affichée dans son local à la garderie. «Tous les amis connaissaient Gumbo, il faisait presque partie du groupe», rigole Alexandra. Aujourd’hui, Maïka est âgée de 7 ans. Même si elle ne suit aucun traitement à l’IRDPQ à l’heure actuelle, elle parle encore du chien de thérapie qui l’a aidée à faire tant de progrès.

«C’est grâce au suivi de l’IRDPQ qu’elle peut être la où elle en est. Quand elle avait deux mois, je ne voyais pas le pourquoi du comment. On me disait que plus tard j’allais comprendre. Ce sont des petits pas et tu ne t’en rends pas compte, mais presque huit ans plus tard, c’est magique», raconte la mère de famille tellement fière que sa fille soit dans un groupe régulier de première année, accompagnée d’une éducatrice.

Compagnons à vie

La Fondation Élan, soit la fondation de l’Institut en réadaptation en déficience physique de Québec du CIUSSS de la Capitale-Nationale, a récemment lancé une nouvelle édition de sa collecte de fonds qui met en vedette des animaux de compagnie.

Le concept s’inspire des services prodigués par Gumbo et Zodiac, les deux chiens de thérapie qui oeuvrent auprès des enfants traités à l’IRDPQ. Les deux chiens assistent les professionnels, qu’ils soient physiothérapeutes, ergothérapeutes, orthophonistes ou autres, dans leurs sessions. Ils sont de véritables vedettes au sein de l’institut.

Le défi de la campagne «compagnon à vie», qui se termine le 3 avril, consiste à publier la plus jolie photo de votre compagnon sur le microsite compagnonavie.com accompagnée d’une anecdote et de laisser son charme opérer auprès de tous vos contacts afin de les inviter à faire un don à la Fondation Élan. De nombreux prix son à gagner, tant pour les propriétaires des animaux que pour ceux et celles qui les auront encouragés. 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *