Actualites
13:30 19 avril 2018 | mise à jour le: 19 avril 2018 à 13:30 temps de lecture: 4 minutes

Quel est l’avenir du clocher Saint-Sauveur?

L’église Saint-Sauveur est en pleine campagne de financement pour éponger sa dette à la suite d’importants travaux exécutés l’automne dernier. On se rappellera que le retrait du clocher avait coûté 837 000$.

La dette est d’environ 50 000$.

Photo TC Media – Rénald Létourneau

Malgré un appui du Conseil du patrimoine religieux et de la Ville de Québec, la Fabrique a accumulé une dette de 85 000$. À ce jour, plus de 35 000$ ont été amassés auprès de paroissiens et de divers donateurs, ce qui se solde par une dette d’environ 50 000$.

«L’avenir du clocher nous préoccupe puisqu’il ne s’agit pas seulement d’un signe religieux, mais aussi d’un symbole, un point de repère et une référence visuelle dans l’ensemble du quartier», explique Jacques Gauvin, président de l’Assemblée de la Fabrique. «Nous devons amasser plus de 100 000$ dont la moitié de cette somme épongera notre dette actuelle. L’autre 50 000$ servira à couvrir les frais nécessaires à la reconstruction du futur clocher, et ce ne sera sûrement pas suffisant», poursuit le président.

Un clocher, quatre scénarios

Puisqu’il faut reconstruire le clocher, quatre scénarios ont été envisagés. Le premier est de rétablir le clocher dans son intégralité, soit refaire toute la structure portante du clocher. Cette dernière est composée de pièces métalliques et en bois qui doivent être soigneusement ajustées pour équilibrer le poids. Le coût estimé pour cette première option est d’environ 1 250 000$, avant taxes.

Le second scénario consiste à refaire le clocher en retranchant une flèche, ce qui réduirait la facture à 900 000$. Cette somme, toujours aussi impressionnante, est due une fois de plus aux coûts générés par la solidification de la base qui doit soutenir cette structure. Les économies se réalisent ici, simplement à l’étape du remontage des deux sections.

Église Saint-Sauveur

Photo TC Media – Rénald Létourneau

Le troisième scénario présente le clocher simplement coiffé d’un petit dôme. Puisque le dôme pèse environ 10 000 livres, des travaux de consolidation de la structure ne sont pas nécessaires, ce qui réduit alors la facture totale à près de 400 000$.

Puis, la dernière solution consiste à laisser l’église telle qu’on la voit actuellement en conservant le toit temporaire et en l’entourant de tôle pour qu’il se marie aux autres éléments. Le coût de ce scénario est évalué à environ 40 000$.

«Cette dernière solution nous offre deux possibilités, soit qu’elle devienne permanente ou que le temps nous offre la chance de trouver les fonds nécessaires pour en arriver à une reconstruction intégrale», précise Mgr Jean Picher, curé de la paroisse. «Cette option permet de stabiliser la situation pendant quelques années, ce qui nous donne du temps pour évaluer d’autres scénarios. Le problème est qu’en optant pour cette solution, on se retrouve avec trois sections du clocher sur le parvis», ajoute Mgr Picher.

Celles-ci pèsent à elles seules 50 000 livres. Pour sa part, la croix a été retirée et bien rangée pour ne pas être endommagée.

Campagne de financement

Dans le cadre de la campagne de financement Opération clocher Saint-Sauveur, quatre initiatives ont été lancées. Un cocktail-bénéfice au coût de 125 $ par personne sera tenu le 9 mai prochain. Toutes les informations au 418 525-7550. Le Grand défi du 26 mai, soit une course, une marche ou une randonnée à vélo dans le secteur de l’église.

Le formulaire pour cet événement est disponible au 215, des Oblats. La Société de développement commercial encourage pour sa part les entreprises du quartier à créer des produits et des événements au profit de la campagne. Finalement, on peut offrir des dons sur Internet en visitant le http://www.gofundme.com/operation-clocher-saintsauveur.

Jacques Gauvin, président de l’Assemblée de la Fabrique

Photo TC Media – Rénald Létourneau

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *