Actualites
12:48 19 janvier 2018 | mise à jour le: 19 janvier 2018 à 12:48 temps de lecture: 2 minutes

Journée de la consigne de Consignéco à Québec

Cinq IGA des Sources s’associent à la première Journée de la consigne de Consignéco à Québec, le 20 janvier de 9h à 17h, au profit de cinq causes sociales de la région.

Cette machine, au IGA des Sources Charlesbourg, permet de récupérer les canettes et de donner la somme à un organisme.

Photo gracieuseté – National

Les résidents de la Capitale sont conviés à rapporter leurs contenants consignés et ainsi soutenir la mission de Gestion Jeunesse, Le Pivot, la Maison des jeunes La Symbiose de Cap-Rouge, le Comité d’orientation et de dépannage de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier ou Les Chevaliers de Colomb de Charlesbourg.

Pour la porte-parole de Consignéco, Pascale Demers, la consigne est une avenue des plus payantes, car elle permet de recycler la matière à 100 %. «Certains organismes au Québec parviennent à financer une bonne partie de leurs activités en établissant une route de collecte. En valorisant nos contenants consignés, on peut faire une différence et transformer sa communauté.»

Elle soutient que les deux périodes les plus lucratives, pour effectuer des collectes, sont celles après la période des Fêtes et le lendemain de la fête de la Saint-Jean-Baptiste. Selon Consignéco, estime à près de 46 millions le nombre de canettes consignées dissimulées, dans la seule région de la Capitale-Nationale, soit une somme d’environ 2,7 M$.

Points de chute

Le public pourra déposer les canettes et contenants de verres à l’un de ces endroits: IGA-Henri-Bourassa, IGA des Sources Cap-Rouge, IGA des Sources Boischatel, IGA des Sources Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier et le IGA des Sources Charlesbourg.

On dénombre quelque 450 groupes communautaires et fondations, de la région, qui profiteraient d’un coup de pouce financier pour soutenir leur mission et donner vie à des projets.

Consignéco, fondée en 2011, est une association à but non lucratif qui vise à faire connaître la valeur économique, écologique et sociale de la consigne. Elle est issue d’une entente entre les brasseurs et RECYC‑QUÉBEC. 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *