Actualites
19:42 22 février 2017 | mise à jour le: 22 février 2017 à 19:42 temps de lecture: 3 minutes

Anacolor: opération de sensibilisation sur la qualité de l’air de Cap-Rouge

LITIGE. Le regroupement des citoyens sur la qualité de l’air de Cap-Rouge entend démarrer une opération de sensibilisation auprès des entreprises ayant fait des affaires avec Anacolor pour les conscientiser au sujet de la qualité de l’air dans leur quartier.

Une légère fumée bleutée s’échappe des cheminées de l’entreprise Anacolor, de Cap-Rouge.

(Photo archives Isabelle Le Maléfan)

Le regroupement des citoyens sur la qualité de l’air de Cap-Rouge veut mettre au courant les entreprises travaillant avec Anacolor des conséquences sur le quartier. «On a l’intention de procéder à une opération de sensibilisation pour dire aux clients: êtes-vous au courant qu’en choisissant Anacolor comme sous-traitant, votre chantier se réalise au détriment de la santé des citoyens de Cap-Rouge?», explique l’une des membres du regroupement, Stéphanie Houde.

L’entreprise a l’habitude de publier ses nouveaux contrats sur sa page Facebook. «Ils ont enlevé toutes ces publications-là hier après ce qui est sorti au sujet de Canac», rapporte Mme Houde.

C’est comme ça que le regroupement a appris que le nouveau stationnement de Place Ste-Foy allait être peinturé par l’entreprise de Cap-Rouge, même chose pour la nouvelle succursale de la quincaillerie Canac à Granby. «Ce n’était pas tant que ça des initiatives directes des citoyens, explique Mme Houde. On a simplement dit qu’on était au courant de qui sont les clients de ce qui cuit dans les fours, parce que c’est de l’information qui est rendue publique par Anacolor sur sa page Facebook.»

Le regroupement n’a pas l’intention pour l’instant de lancer de campagne de boycottage envers les entreprises qui font affaire avec l’usine de peinture. «Il y avait déjà des citoyens qui ont pris l’initiative de contacter de façon anonyme les clients d’Anacolor pour les sensibiliser. Il y en a dans le regroupement qui travaillent pour ces entreprises-là.»

Malaise chez Canac

Ce sont les appels des journalistes qui ont appris au président du quincaillier Canac, Jean Laberge, qu’Anacolor avait été engagé pour peinturer des pièces de la nouvelle succursale de Granby. «C’est un sous-traitant de notre sous-traitant qui les a engagés lorsqu’ils sont allés en soumission», explique-t-il.

L’homme d’affaires n’a pas l’intention d’arrêter le contrat avec Anacolor, sous peine de retarder l’ouverture du magasin ou d’engendrer des poursuites. Toutefois il dit être plus vigilant à l’avenir vis-à-vis les sous-traitants engagés lors des travaux de ses magasins. «Si Anacolor est en faute ou contrevient à certains règlements, moi je peux forcer mes sous-traitants à ne pas demander de prix-là. Il va falloir qu’Anacolor montre patte blanche pour être sur la liste des sous-traitants auxquels nos sous-traitants vont demander des prix.»

En septembre dernier, le ministère de l’Environnement avait donné à Anacolor cinq mois pour réduire ses émissions polluantes de 90%. L’entreprise avait contesté cette exigence devant le tribunal administratif du Québec. La direction de la santé publique avait émis un avis au CPE Polichinelle et à l’école primaire Marguerite D’Youville leur recommande de rester à l’intérieur s’ils percevaient de fortes odeurs. Invité à témoigner, le président d’Anacolor Éric Nadeau n’avait pas retourné l’appel de TC Media au moment d’écrire ces lignes.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *