Actualites
12:20 2 février 2017 | mise à jour le: 2 février 2017 à 12:20 temps de lecture: 4 minutes

Les deux Québécoises emprisonnées en Australie sont de retour devant la justice

Les deux Québécoises arrêtées en possession de 95 kilos de cocaïne, Mélina Roberge, originaire de Granby, et Isabelle Lagacé, de Longueuil, seront de retour devant le juge à Sydney, en Australie, ce soir (heure locale du Québec).

Mélina Roberge et Isabelle Lagacé (Photo TC Media – Archives)

Le dossier est inscrit sur le rôle du palais de justice australien à 9h30, le 3 février. En raison des 16 heures de décalage horaire avec le Québec, la cause des deux jeunes femmes procédera en soirée du 2 février, heure du Québec, ou dans la nuit. Le juge A. Blackmore, de la cour criminelle du district de Sydney, doit présider l’audience.

Le retour en cour d’Isabelle Lagacé, 28 ans, devrait être bref puisqu’il s’agit d’une simple mention. À cette étape, le tribunal traite généralement de procédures diverses reliées à la cause. Mais il n’est pas impossible que la jeune femme connaisse sa sentence.

Rappelons qu’elle a plaidé coupable, en décembre, à l’accusation d’importation commerciale de cocaïne qui pesait contre elle.

Roberge et Tamine

Mélina Roberge, 23 ans de Granby, et André Tamine, 64 ans de Montréal, font aussi un retour devant la justice australienne. Les deux Québécois doivent subir leur mise en accusation officielle. À cette étape prévue dans le système de justice australien, la lecture de leur acte d’accusation officiel sera faite. Ils auront également la possibilité d’enregistrer un plaidoyer (coupable ou non). 

En décembre, Tamine avait refusé de subir son enquête préliminaire. Mélina Roberge, pour sa part, a traversé cette étape au cours de laquelle son avocate a tenté de plaider l’ignorance de sa cliente. Le juge Williams a toutefois penché en faveur de la «solide» preuve circonstancielle montée par la Couronne. Après avoir pris la cause en délibéré durant quelques jours, il avait conclu que les él��ments de preuve du ministère public étaient suffisants pour supporter la tenue d’un éventuel procès.

Soulignons que la peine de détention prévue pour l’accusation d’importation commerciale de cocaïne est la prison à vie.

30 M$ de cocaïne

Les deux Québécoises, ainsi que leur complice André Tamine, ont été arrêtés au port de Sydney, en Australie, le 28 août dernier.

Les autorités australiennes ont découvert une importante quantité de drogue dans les valises du trio.

La fouille du paquebot, effectuée avec l’aide de chiens dépisteurs, a permis de découvrir 95 kilos de cocaïne, d’une valeur de 30 millions de dollars.

Sur une vidéo rendue disponible par la police fédérale australienne au lendemain de la saisie, on peut voir la drogue emballée dans de nombreux sacs, dissimulés dans plusieurs bagages. La cocaïne perquisitionnée est évaluée à 30 M$.

Mélina Roberge et Isabelle Lagacé avaient été identifiées par les agences de surveillance frontalières comme des voyageuses à haut risque.

Plusieurs services internationaux de l’Australie, des États-Unis, de la Nouvelle-Zélande et du Canada ont participé à l’opération qui a mené à leur arrestation.   

Dans les semaines précédant leur arrivée en Australie, les jeunes femmes avaient notamment visité la Polynésie française, le Chili et le Pérou. Avant son arrestation, Isabelle Lagacé travaillait au bar Notre Société, à Longueuil.

 

À ce sujet:

Mélina Roberge devra subir un procès en Australie

Arrêtée avec 95 kg de cocaïne en Australie, Mélina Roberge tente d’être disculpée

Une des deux Québécoises arrêtées avec 95 kg de cocaïne en Australie plaide coupable

Une Granbyenne arrêtée avec 30 M$ de coke en Australie

Une Longueuilloise risque la prison à vie en Australie

«La justice australienne est différente de celle du Canada»_Me Jean-Pierre Rancourt

Affaire Mélina Roberge: le député Pierre Breton prêt à aider la famille

Québécois arrêtés en Australie: les médias étrangers s’emparent de l’affaire

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *