Actualites
15:43 7 février 2017 | mise à jour le: 7 février 2017 à 15:43 temps de lecture: 3 minutes

Jusqu’à ce que la mort nous sépare

ESPOIR. Âgé de 35 ans et atteint de son quatrième cancer, Marc-André Chabot a été choisi par Lyne Benjamin qui, dans une formule «donnez au suivant», offrait un mariage tout compris. Pour Marc-André et Mélissa, ce mariage représente un but à long terme qui leur donne le courage pour continuer à se battre contre vents et marées.

Marc-André Chabot et Mélissa Couturier pourront vivre leur mariage de rêve malgré la maladie qui s’acharne sur leur famille. Au centre, on voit Lyne Benjamin, qui leur offre ce mariage. (Photo gracieuseté – Richard Lortie)

«On n’avait plus de buts à long terme, on ne voyait jamais plus loin que deux semaines à l’avance», explique Marc-André qui voit ce mariage comme un objectif, malgré tout le stress qui entoure l’événement.

En 2012, à l’aube d’une greffe de moelle osseuse, Marc-André a décidé de demander Mélissa en mariage, le 19 octobre, pour la protéger si le pire devait arriver. Le 27, ils se mariaient au civil. Ce mariage qu’ils ont gagné permettra à Mélissa de vivre son vrai mariage de princesse, le 14 octobre prochain, cinq ans après leur mariage précipité.

Lyne Benjamin, atteinte de la sclérodermie, a dû subir des traitements difficiles à l’hôpital. «J’ai voulu en finir avec ma vie», affirme Mme Benjamin. C’est le bonheur que lui procuraient les nombreux mariages auxquels elle a assisté qui lui a permis de se réconcilier avec la vie.

C’est de là que lui est venue l’idée de «donner au suivant» et d’offrir à des couples qui le mérite, des mariages clé en main. Marc-André et Mélissa sont sortis du lot et Mme Benjamin a décidé de leur offrir ce mariage pour les encourager à poursuivre leur lutte.

Traitements à New York

Malgré tout, la chose qui importe le plus à Marc-André actuellement, c’est sa guérison. La semaine prochaine, il suivra son premier traitement à New York, le jour de la Saint-Valentin. «Moi pis mon cancer on va se chicaner à la Saint-Valentin, pis c’est moi qui va gagner», laisse-t-il tomber, caché derrière un demi-sourire.

Pour la petite famille, le plus difficile dans toute cette histoire, est d’arriver à financer les traitements expérimentaux que suit Marc-André aux États-Unis. Il a lancé une campagne de sociofinancement sur la plateforme Gofundme, mais si la tendance se maintient, il devra abandonner après son deuxième traitement, faute de moyens financiers.

«Faut que tu te rendes jusque-là mon homme», se dit Marc-André tous les jours. Pour arriver à atteindre le plus beau jour de la vie de Mélissa, et pour vivre heureux encore longtemps, il fait appel à la population pour l’aider financièrement à traverser cette épreuve. 

Vous pouvez lire sa touchante histoire ici: Le combat pour la vie de Marc-André Chabot

Pour faire un don: https://www.gofundme.com/la-course-olympique-de-marcandre

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *