Actualites
18:25 8 mars 2017 | mise à jour le: 8 mars 2017 à 18:25 temps de lecture: 2 minutes

«Tant que les femmes ne seront pas libres, nous serons en marche!»

MANIFESTATION. Une cinquantaine de femmes se sont réunies à l’angle de la rue de la Couronne et du boulevard Charest, dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes. Selon l’une des porte-paroles, ce genre d’action est encore bien nécessaire.

«C’est encore nécessaire de faire ce genre d’action parce que malheureusement, l’égalité n’est pas encore atteinte. Plusieurs exemples montrent que ces inégalités sont encore présentes et se retrouvent encore dans différents secteurs, que ce soit sur le marché de l’emploi, la violence sexuelle, etc. On l’a vu encore avec les agressions à l’Université Laval, la culture du viol est encore présente», explique Mélissa Cribb, militante salariée chez Rose du Nord, un regroupement pour les femmes sans emplois à Québec.

En ce 8 mars, les dames rassemblées sur ce coin passant de la Basse-Ville voulaient poursuivre la dénonciation de la violence faite aux femmes. «Ce qu’on est venues faire, c’est dénoncer les différentes formes de violence que les femmes subissent encore, comme la violence conjugale, la violence sexuelle et la violence économique», ajoute la porte-parole.

Selon elle, un message doit ressortir de l’action de mercredi midi. «Le message qu’on veut envoyer, c’est qu’on veut l’égalité sans limites. Ça ne pourra jamais être atteint tant et aussi longtemps que la violence, sous toutes ses formes, ne prendra pas fin. Le slogan le plus important en est un que Denise Thériault [l’une des deux autres porte-paroles] a dit: « Tant que les femmes ne seront pas libres, nous serons en marche! »»

Quand Dame Nature fait des siennes

Espérant entre 60 et 100 participantes à la manifestation, les organisatrices étaient quelque peu déçues de la taille du regroupement. Environ 50 femmes étaient présentes autour de midi. «Malheureusement, avec la météo, on n’a pas eu le nombre de participantes qu’on souhaitait. Certaines personnes ont hésité avec les surfaces glissantes», a conclu Mme Cribb, tout de même reconnaissante envers celles qui se sont présentées pour scander de nombreux slogans de solidarité.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *