Actualites
18:00 16 mars 2017 | mise à jour le: 16 mars 2017 à 18:00 temps de lecture: 3 minutes

RTC: Les chauffeurs acceptent massivement l’entente de principe

NÉGOCIATIONS. Un peu plus de 87% des chauffeurs du Réseau de transport de la Capitale (RTC) acceptent l’entente de principe survenue le 10 mars dernier avec la partie patronale.

Affichage sur les autobus du RTC

(Photo TC Media – Alison Charland)

Un total de 502 chauffeurs ont déposé leur vote dans les urnes lors des assemblées de mardi et jeudi.

«Dans les circonstances, on est contents de l’entente : avec la Loi 24, la Loi 15, le contexte de négociations qui n’était pas facile, et bien, on est satisfaits du résultat. Et nos membres nous l’ont dit en votant à 87% pour le règlement», a réagi le conseiller syndical Steeve Veilleux.

À lire : RTC : entente de principe entre les parties

Satisfait de la participation des membres, le syndicat se réjouit des bonifications obtenues au chapitre du régime de retraite : le point central de la négociation. Sans pouvoir détailler les gains, le président Ghislain Dolbec juge que l’entente va «au-delà de ce qu’on voulait. On a quelque chose de très bien».

Le nouveau contrat de travail qui sera valide jusqu’en juin 2021 prévoit autrement une augmentation de salaire de 8% sur 5 ans. Les employés recevront un certain montant en rétroaction.

Le syndicat obtient aussi l’organisation de tables de travail sur les horaires et sur la question du transport des chauffeurs, qui doivent prendre le relais de leurs collègues déployés sur le réseau. Sur ce point, l’employeur obtient quant à lui l’ajout de points de relève en vue de l’ouverture d’un terminus à Beauport, entre autres.

Le président du Syndicat des employés du transport public du Québec métropolitain, Ghislain Dolbec (au centre).

(Photo TC Media – Monica Lalancette)

Pression

Le syndicat croit avoir réussi à mettre de la pression sur la partie patronale avec le décret d’une grève illimitée et l’entente sur les services essentiels. «La pression est venue de partout 48h avant le déclenchement de la grève», résume M. Dolbec. Les parties s’étaient alors livrées à un blitz de négociation qui s’est étendu sur plus de 30 heures.

Avec la fin des négociations, les griefs déposés par l’employeur en lien avec l’interruption du service Nomade disparaîtront, conclut le syndicat.

La direction heureuse

Dans un communiqué émis en fin de journée, le président du RTC Rémy Normand s’est réjoui de l’approbation de l’entente. «Nous croyons que la nouvelle convention est avantageuse pour toutes les parties. Cette entente négociée est juste et équitable et respecte le cadre financier qui avait été donné au RTC. Le tout, bien sûr, dans le meilleur intérêt de nos clients et de l’ensemble des contribuables de l’agglomération de Québec. C’est gagnant-gagnant.»

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *