Actualites
23:58 25 avril 2017 | mise à jour le: 25 avril 2017 à 23:58 Temps de lecture: 4 minutes

Les terres agricoles de Beauport et de Saint-Augustin encore dans la mire de l’agglomération

DÉVELOPPEMENT. Pour assurer son développement d’ici 20 ans, l’agglomération de Québec juge qu’elle aura besoin des terres agricoles de Saint-Augustin-de-Desmaures et des Sœurs de la Charité à Beauport. Ce, malgré des prévisions démographiques revues à la baisse.

Le deuxième projet de schéma d’aménagement et de développement révisé de l’agglomération de Québec.

(Photo TC Media)

D’ici 2036, on prévoit avoir besoin de 10 142 maisons et duplex et de 18 025 appartements et condos. Cette cible est nettement inférieure aux 61 500 nouveaux ménages attendus dans la 1re mouture du schéma d’aménagement révisé, mais elle est inatteignable sans agrandir le périmètre urbain, tranche la Ville de Québec, qui présentait mardi la 2e mouture du schéma pour l’agglomération.

Depuis la présentation du premier projet de révision, l’agglomération de Québec a apporté une soixantaine de modifications. On a notamment répondu à la demande du gouvernement de raccourcir de 10 ans l’horizon de planification. On a aussi troqué l’Étude de faisabilité tramway/SRB pour un scénario de référence de L’Institut de la statistique du Québec (ISQ). La conclusion reste néanmoins la même : l’exode des familles vers la périphérie doit être contré en développant les terres agricoles à Saint-Augustin et celles autrefois propriété des Sœurs de la Charité de Beauport.

Pour appuyer son ambition, la Commission consultative sur le Schéma d’aménagement et de développement se base sur les conclusions d’une nouvelle étude. Selon le Centre de recherche en aménagement et développement de l’Université Laval (CRAD), développer ces secteurs générerait moins de gaz à effet de serre (GES) que de développer la périphérie. Avec ces données, la présidente Julie Lemieux espère tenir un argument en faveur du dézonage : « Ce qu’ils nous demandaient, c’était de documenter la chose et c’est ce qu’on a fait avec l’étude des chercheurs qui démontre qu’au point économique, au plan environnemental, il y a vraiment des gains importants et intéressants à densifier ces terrains-là. Donc on a un argumentaire. »

Pour Régis Labeaume, il est question de répondre à un besoin des familles pour des duplex et des maisons tout près du centre-ville. « Ce sont des terres qui sont en plein milieu de la ville, nous autres, on a besoin de loger les gens de diminuer l’impact sur l’environnement, etc. C’est justifié », croit le maire de Québec.

Seulement en dernier recours, dit Démocratie Québec

Pour les élus de Démocratie Québec, les terres des Sœurs de la Charité « sont d’une richesse incomparable et ne devraient pas être sacrifiées ». Pour accueillir de nouveaux ménages, le parti rappelle son idée de « revitaliser nos écoquartiers d’origine qui offrent une mixité des services, des commerces et des résidences, ce qui permettra de densifier le territoire, de freiner l’étalement urbain et de favoriser les transports actifs et collectifs ».

Par le passé, le dézonage des terres des Sœurs de la Charité a fait l’objet de levers de boucliers citoyens.

À lire : Lettre ouverte pour la sauvegarde des terres des Sœurs de la Charité

Québec: une coalition s’oppose au dézonage des terres agricoles

Après avoir fait l’objet de consultations l’été dernier, le schéma d’aménagement révisé doit être présenté à nouveau ce mois-ci lors de séances d’information suivies de consultations en juin. Une fois déposé, le schéma sera soumis à l’analyse du gouvernement, qui aura 120 jours pour trancher sur sa version finale.

Ceci pourrait vous intéresser : Les citoyens préoccupés par la densification

TC Media 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *