Actualites
19:19 26 avril 2017 | mise à jour le: 26 avril 2017 à 19:19 Temps de lecture: 6 minutes

Le prix de l’essence profitable à la région de Québec

HYDROCARBURES. CAA-Québec a analysé les prix de l’essence en 2016, mettant en évidence des fortes différences de prix pour les grands centres. Montréal y est très désavantagée au profit de Québec. 

Selon CAA,  dans le contexte où la région de Montréal compte de nombreuses essenceries à fort volume, un débit élevé par point de vente et une grande diversité de bannières, le plus gros marché au Québec devrait être plus dynamique et plus compétitif.

 

Mais au contraire, on y observait en 2016 des marges au détail élevées, compte tenu de sa taille. Pour CAA-Québec, le fait que ce marché maintienne des marges plus élevées que certains autres, pourtant moins significatifs au Québec, est anormal et questionnable.

Profits selon les régions

 

Voici, en 2016, les profits bruts des essenceries ont diminué de façon importante au Québec par rapport à 2015, mais de façon nettement moins flagrante à Montréal :

 

Régions                                  Marge au détail/litre               Fluctuation de la marge 2015/2016  

 

Québec :                                                (2,6 ¢/litre)                                         – 41 %

Laurentides :                                          (3,8 ¢/litre)                                      – 17,4 %

Mauricie :                                               (4,7 ¢/litre)                                      – 21,7 %

Lanaudière :                                          (5 ¢/litre)                                          – 21,9 %

Région de Montréal :                             (6,9 ¢/litre)                                        – 9,2 %

Saguenay-Lac-Saint-Jean :                   (8,2 ¢/litre)                                        – 9,9 %

 

Moyenne provinciale :                         (5,8 ¢/litre)                                      – 14,7 %

Le meilleur marché est à Québec

L’électrochoc infligé au marché de la Capitale-Nationale avec l’arrivée, depuis 2013, d’essenceries à fort volume, continue de se faire sentir et les automobilistes en sortent gagnants. Après plusieurs années à payer un prix relativement élevé, Québec bat maintenant des records en raison du marché ultracompétitif. La marge au détail est la plus basse de tout le Québec (à 2,6 ¢/litre), après une baisse draconienne de 41 % l’an dernier. Le prix moyen à la pompe a été le plus bas au Québec (100,6 ¢/litre) si l’on exclut les marchés frontaliers.

 

Et depuis janvier 2017?

Les marchés de Montréal, de Québec et de Sherbrooke se comportent depuis le début de 2017 selon les mêmes tendances observées en 2016. C’est donc dire que les automobilistes montréalais n’ont toujours pas accès à cette diversité de prix ainsi qu’à des marges au détail plus raisonnables à la pompe.

 

Les hausses avant les longs congés, mythe ou réalité?

La perception répandue selon laquelle les essenceries en profitent pour engranger des profits à la veille des longs congés ne peut être validée cette année. Toutes les hausses survenues à ces occasions (au nombre de cinq à Montréal et de trois à Québec) ont été précédées par de faibles marges au détail dans les jours précédents, laissant plutôt croire à un réajustement du marché.

(Source: CAA-Québec)

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *