Actualites
02:00 17 janvier 2017 | mise à jour le: 17 janvier 2017 à 02:00 temps de lecture: 4 minutes

Saint-Augustin ajuste son budget pour baisser les taxes

MUNICIPAL. En dépit de l’opposition du maire, les conseillers municipaux majoritaires à Saint-Augustin ont mis leur projet à exécution. À la suite d’une procédure administrative exceptionnelle nécessitant la tenue de deux assemblées extraordinaires successives, ils ont officialisé une modification au budget 2017 pour permettre une réduction de la taxe foncière résidentielle.

Le maire Sylvain Juneau déplore le cadeau de taxes fait aux citoyens, pendant que la situation financière de Saint-Augustin reste précaire. (Photo TC Media – François Cattapan)

L’exercice annoncé deux jours après l’adoption du budget, à la mi-décembre, a été initié par les cinq conseillers municipaux majoritaires issus de l’ancienne administration municipale. La décision confirmée durant une autre assemblée houleuse ramènera la hausse prévue de 2,2% du compte de taxes moyen à environ 0,7% uniquement pour les propriétaires de maisons.

De l’avis des conseillers France Hamel et Louis Potvin, la bonne situation financière de la Ville permet cet ajustement. «Après analyse, précisent-ils, on a réalisé que des efforts additionnels pouvaient être consentis, afin de réduire le fardeau foncier des citoyens. On n’augmente pas la dette et le cadre financier de la Ville n’est pas affecté. C’est de l’argent qui se serait probablement retrouvé dans les surplus à la fin de l’année.»

Pour y parvenir, ils ont choisi de retirer plus de 0,5M$ des dépenses de 2017. Toutefois, ce ne sont plus les sommes provisionnées pour pallier d’éventuels déficits d’opérations de proximité et d’agglomération qui sont visées. Les montants coupés touchent les services juridiques (146 000$), les services professionnels liés à la poursuite contre Québec pour les quotes-parts payées en trop pour les services d’agglomération (165 000$) et la mise en place de procédures administratives (200 000$).

Improvisation

Déçu de la tournure des événements, le maire Sylvain Juneau estime que ce dossier illustre l’improvisation qui caractérise les conseillers majoritaires, tant dans le dossier de la poursuite contre la ville de Québec que dans celui de l’amendement au budget 2017. «Ils manquent carrément à leurs responsabilités et font preuve d’un amateurisme inégalé jusqu’à ce jour. La hausse de taxes municipales a justement été étalée sur plusieurs années, pour éviter que les écarts soient trop prononcés. En réduisant cette année, il faut s’attendre à un rattrapage l’an prochain», déplore-t-il.

Selon le maire de Saint-Augustin, les conseillers s’illusionnent sur la situation financière de la Ville. Il ne voit pas où les élus de l’ancienne administration trouvent la marge de manœuvre pour aboutir à pareille décision, alors que la Ville est aux prises avec un déficit accumulé de près de 150M$. M. Juneau prévient qu’il y a un déficit de 3,9M$ dans le budget cette année. Il dénonce qu’on pellette en avant le problème, en anticipant des ventes de terrains dans le parc industriel.

Reconsidération

Les conseillers majoritaires ont aussi déposé une demande de reconsidération de la position de la Ville dans le litige contre les quotes-parts payées en trop à l’agglomération. La conseillère France Hamel indique que «puisqu’on n’a plus de firme juricomptable, on a décidé de mettre la cause de Saint-Augustin en attente. Parallèlement, notre avocat suit la cause type de L’Ancienne-Lorette, afin de ne pas perdre nos avantages dans cette affaire. Ça nous permet d’économiser, sans laisser tomber nos recours éventuels.»

Le maire Juneau a questionné la pertinence de cette résolution. «D’autant plus que le procureur de la Ville a averti de ne pas adopter une telle position pénalisante. En l’occurrence, allègue-t-il, on ne pourra pas revenir en arrière. Ainsi, nous perdons notre monnaie d’échange pour négocier une nouvelle entente. On se tire dans le pied.»

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *