Actualites
21:26 12 juin 2017 | mise à jour le: 12 juin 2017 à 21:26 temps de lecture: 3 minutes

La terrasse de Sillery finalement baptisée

AMÉNAGEMENT. «Est-ce qu’on se rejoint à la Côte-à-Puiseaux?» pourront bientôt se dire les citoyens de Sillery. C’est sous cette nouvelle dénomination que se fera désormais connaître la terrasse située devant l’église de Saint-Michel-de-Sillery dont les travaux ont été complétés en 2009.

Huit ans après les travaux qui ont mené à la création de la terrasse qui surplombe le fleuve Saint-Laurent à la hauteur de la côte de l’Église à Sillery, la Ville de Québec lui a enfin trouvé un nom. «On est sur une pointe, une avancée de terre, qui était déjà dénommée la Pointe-à-Puiseaux», raconte la conseillère municipale et présidente du Comité de toponymie et du Comité de commémoration, Anne Corriveau. Le nom vient de Pierre de Puiseaux, un seigneur installé dans le secteur de Sillery.

Difficile de savoir pourquoi autant d’années se sont écoulées entre la fin des travaux et la dénomination des lieux, comme ni Anne Corriveau, ni son collègue Rémy Normand, président de l’arrondissement de Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge, n’étaient présents à l’époque. «C’est peut-être tout simplement pour dire qu’on s’en va vers la finalité de tout ce qui a été fait comme investissement dans le secteur de la côte de l’Église et de la terrasse», avance Mme Corriveau. La Ville est toujours en train de réaménager la côte de l’Église, située sous la terrasse.

Nouveaux panneaux d’interprétation

Quatre nouveaux panneaux d’interprétation ont également été installés dans les secteurs historiques de Sillery, dont un à la terrasse de la Pointe-à-Puiseaux. «Ça fait plusieurs années que le conseil de quartier nous demande de mieux baliser l’interprétation du site patrimonial de Sillery. C’est un premier geste qui va dans ce sens-là», souligne M. Normand. Un premier panneau est installé près de la maison des Jésuites, un autre dans le parc de la Falaise, un dans le parc Bergerville et, finalement, un sur la côte de l’Église.

«C’est un des premiers gestes en termes de mise en valeur du programme particulier d’urbanisme (PPU) de Sillery, poursuit M. Normand. Quand on a débattu du PPU avec les citoyens, il y a eu des échanges assez marqués. On avait dit à cette époque-là que les trois séquences qu’on suivait, c’étaient la conservation, la mise en valeur et le développement. Là, on est dans la phase de la mise en valeur, et ça se fait de plusieurs façons.»

Les quatre panneaux ont coûté chacun 3000$ pour l’ensemble de leur réalisation, de la conception du contenu jusqu’à leur installation. «Ce sont des panneaux résistants. On espère qu’ils ne se feront pas trop vandaliser», note M. Normand.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *