Actualites
17:05 26 juin 2017 | mise à jour le: 26 juin 2017 à 17:05 temps de lecture: 2 minutes

Ancienne Boucherie Bégin : dépôt d’une pétition et solutions proposées

MUNICIPAL. L’avenir du bâtiment abandonné ayant longtemps abrité l’ancienne Boucherie Bégin, sur la rue Saint-Jean, reviendra, ce soir, à l’ordre du jour du Conseil d’arrondissement de La Cité-Limoilou. Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste entend y déposer une pétition comportant 655 noms et assortie de pistes de solution.

Pendant un certain temps, un projet de conversion en immeuble à condos a été envisagé, mais le promoteur n’est pas parvenu à livrer la marchandise.

(Photo TC Media – Archives)

Lancée en avril dernier, cette pétition demande la seule option envisageable pour ses initiateurs, soit l’expropriation pure et simple du propriétaire de cet édifice désaffecté depuis 2012. On suggère en lieu et place d’y ériger un projet de logement social.

Porte-parole du comité populaire, Marie-Ève Duchesne déplore que le projet de loi 122, sanctionné le 16 juin dernier, comporte une lacune majeure en ce qui concerne le pouvoir d’expropriation des propriétaires délinquants. Devant l’impasse législative qui tarde à être corrigée, elle estime que d’autres options doivent être envisagées.

À son avis, «la Ville de Québec peut exproprier un édifice (même inoccupé) si celui-ci représente des risques pour la santé et la sécurité de la population». Mme Duchesne comprend la difficulté d’en faire la preuve. Cependant, elle se dit convaincue que l’état du bâtiment, les odeurs et la présence de vermine constituent des raisons de craindre pour la santé et de sécurité pour la population.

Participation publique

Parallèlement, le regroupement citoyen évoque que le projet de loi 122 comporte des mesures obligeant les municipalités à se doter d’une politique de participation publique, si elle désire abolir les référendums. Vincent Baillargeon, également membre du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, considère que «la pétition déposée à l’arrondissement s’inscrit dans une démarche de consultation de la population».

Le Comité populaire exhorte la Ville à ne plus attendre les promesses du gouvernement du Québec. Il recommande d’utiliser toutes les options à sa disposition pour régler le problème qui dure depuis plus de cinq ans.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *