Actualites
16:45 21 février 2017 | mise à jour le: 21 février 2017 à 16:45 temps de lecture: 3 minutes

Une première chance qui profite à trois entreprises de Québec

AFFAIRES. Des innovations développées à Québec commencent à percer les marchés grâce au programme de vitrine technologique de la Ville de Québec.

Le ministre François Blais, en compagnie du maire Régis Labeaume et de trois entrepreneurs primés.

Des produits mis à l’essai par les entreprises Constellio, ONSENS et WaterShed Monitoring rayonnent désormais ailleurs en province, jusqu’aux États-Unis. La Ville de Québec soulignait mardi matin leur succès, trois ans après le lancement du projet de vitrine technologique.

L’incitative vise à donner une première chance à des entreprises de Québec en leur permettant d’éprouver leurs innovations dans le cadre des activités de la Ville. Le programme a notamment permis à ONSENS d’éprouver son appareil Instacarb pour mesurer le carbone organique de l’eau à Beauport, en collaboration avec la centrale de traitement des eaux. Pour rassurer les clients potentiels, l’étape de la vitrine technologique est cruciale, témoigne le président, Michel Bédard. « Dans la vie d’une entreprise, il y a la recherche et le développement, ensuite, on passe à l’étape de ventes tout de suite, mais il manque un maillon important entre les deux : c’est la vitrine technologique », fait-il valoir. La démarche « permet de prouver à nos clients que notre produit fonctionne et si on brûle cette étape-là, bien on se retrouve avec des clients réticents.

Le projet lancé en 2014 a par ailleurs permis à l’entreprise Constellio de tester son moteur de recherche destiné aux données internes. Le logiciel libre développé pour faciliter la recherche dans le cadre de demandes d’accès à l’information ou pour la collecte de preuves en cas de litige, par exemple, a été retenu par le gouvernement, se réjouit le président de l’entreprise Rida Benjelloun. La chercheuse allemande affiliée à l’organisme l’APEL, Sonja Behmel, a quant à elle pu mettre le logiciel Enki de son entreprise WaterShed Monitoring à l’épreuve pour la gestion de la qualité de l’eau potable dans le lac Saint-Charles, notamment.  L’entreprise a depuis conclu des ententes commerciales et ouvert des pourparlers avec des fournisseurs aux États-Unis

Les entreprises ont respectivement profité d’une aide financière de la Ville de Québec à hauteur de 104 607$ en services et aide financière dont 59 550$ pour Constellio, 186 600$ pour ONSENS et 170 000$ WaterShed Monitoring.

Le projet de vitrine technologique s’insère dans la Stratégie de développement économique de la Ville de Québec, financée par le Gouvernement du Québec.

TC Media 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *