Actualites
23:12 20 février 2017 | mise à jour le: 20 février 2017 à 23:12 temps de lecture: 3 minutes

Peu d’impact sur l’image de Québec malgré l’attentat

TRAGÉDIE. L’attentat qui a fait six morts au Centre culturel islamique de Québec ne « semble pas » avoir entaché l’image extérieure de la Ville de Québec.

Trois blessés sont toujours à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus.

(Photo TC Media – Archives)

La tragédie du 29 janvier a jusqu’à présent eu peu d’impact sur l’image de Québec, rapporte le maire de Québec. La Ville a connu un faible niveau d’annulations de voyages et les intentions des immigrants et des entrepreneurs seraient au beau fixe, selon une étude commandée à la firme Influence Communication pour analyser les retombées médiatiques internationales. « C’est une photo du 3 février, mais on ne présume pas de l’avenir », a toutefois insisté Régis Labeaume.

Les 30 et 31 janvier, l’attentat à la Grande Mosquée de Québec a été la 2e nouvelle la plus médiatisée dans le monde, estime Jean-François Dumas d’Influence Communication, en parlant d’un triste palmarès. En temps d’antenne, cela équivaut à plus de 5 ans de couverture en continu. Or, depuis le 11 février, la couverture médiatique revient tranquillement à la normale.

Carl Viel de Québec International, André Roy de l’Office du tourisme de Québec, Régis Labeaume, maire de Québec et Jean-François Dumas d’Influence Communication.

Solidarité

Si Québec s’en sort jusqu’à présent presque indemne, c’est grâce à la grande solidarité manifestée par les citoyens, croit Régis Labeaume. La vigile et la marche organisées par des citoyens quelques heures après l’attentat a « montré que notre communauté partage des valeurs de solidarité » et que la tragédie était perçue comme « un événement isolé », juge le maire, qui promet des remerciements officiels aux organisateurs.

Le fait que l’attaque ne visait pas des touristes et ne s’est pas produite dans un lieu touristique pèse aussi dans la balance, commente le directeur de l’Office du tourisme de Québec, André Roy. Québec représente 55% de l’intérêt touristique de la province, souligne Influence Communication et 40% à 45% de l’intérêt international.

Pour le maire de Québec, commander une telle étude était nécessaire. La manœuvre d’en informer la presse visait à devancer les médias qui voudraient « prendre la température de l’eau », a indiqué Régis Labeaume.

Les prochains mois, voire années, seront cruciaux pour maintenir l’image de la Ville, a-t-il conclu. Le maire entend échanger avec des maires de villes touchées par des tragédies. Les informations qu’il a reçues de Bruxelles en Belgique faisaient état d’une chute de 50% du tourisme et de 40% de la consommation. À Québec, une veille continuera d’être menée par Influence Communication.

TC Media 

Articles similaires

22:23 31 janvier 2017 | mise à jour le: 31 janvier 2017 à 22:23 temps de lecture: 1 minutes
La haine a tué son ami
22:23 31 janvier 2017 | mise à jour le: 31 janvier 2017 à 22:23 temps de lecture: 1 minutes
La haine a tué son ami

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *