Actualites
20:57 3 mars 2017 | mise à jour le: 3 mars 2017 à 20:57 Temps de lecture: 3 minutes

Ultimatum pour Anacolor

ENVIRONNEMENT. Le ministre de l’Environnement David Heurtel entend suspendre le permis de production de l’entreprise Anacolor.

Une légère fumée bleutée s’échappe des cheminées de l’entreprise Anacolor, de Cap-Rouge.

(Photo TC Media – Archives)

Le ministère de l’Environnement a envoyé cet ultimatum vendredi, afin qu’Anacolor se conforme aux exigences de son certificat d’autorisation de production. Elle dispose ensuite de 15 jours pour présenter ses observations, après quoi son certificat d’autorisation pourrait être suspendu.

Rappelons que le ministère était présent la semaine dernière pour effectuer des prélèvements sur place. L’entreprise de peinture a d’ailleurs reçu huit constats d’infraction.

«Je tiens à rappeler que la priorité du gouvernement dans ce dossier est la santé et le bien-être de la population ainsi que la protection de l’environnement. En conséquence, nous utilisons tout moyen que nous jugeons nécessaire et possible pour amener cette entreprise à se conformer aux exigences du certificat d’autorisation», a fait savoir M. Heurtel par voie de communiqué. 

L’entreprise a réagi par voie de communiqué peu de temps après, mentionnant qu’elle allait prendre connaissance de l’avis de l’huissier avant de commenter, mais aussi qu’elle n’avait pas reçu les documents mentionnés dans l’avis du ministère. 

À lire également:

Anacolor: Labeaume à la rencontre du ministre de l’Environnement

Anacolor transmet ses premiers relevés

Anacolor: Démocratie Québec exige l’action du maire

Des citoyens dénoncent la psychose envers Anacolor

Régis Labeaume, en compagnie de Rémy Normand.

(Photo TC Media – Mathieu Turgeon)

«Si j’étais le propriétaire d’Anacolor, je bougerais!»

En point de presse, le maire de Québec s’est dit satisfait de la décision du ministre. «Je suis très heureux. Cette action est en ligne directe avec les discussions qu’on a eues avec lui la semaine dernière. Il fallait passer à l’action et il l’a fait en utilisant son pouvoir ultime. On ne peut pas aller plus loin que ça», a affirmé Régis Labeaume, en ajoutant que David Heurtel avait livré la marchandise.

Selon lui, même si le propriétaire d’Anacolor a le droit de contester, il ne lui suggère pas. «Si j’étais le propriétaire d’Anacolor, je bougerais! Le dossier traîne depuis quatre ans.»

Si la Ville était intéressée à acheter les terrains de l’entreprise de Cap-Rouge, le maire a conclu en expliquant qu’Anacolor ne s’était pas montré intéressé. «Ils ont refusé officiellement la semaine dernière.»

(Avec la collaboration de Mathieu Turgeon)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *