Actualites
18:46 4 mars 2017 | mise à jour le: 4 mars 2017 à 18:46 temps de lecture: 4 minutes

Des citoyens s’ameutent contre l’islam radical à Québec

MANIFESTATION. Simultanément avec d’autres villes de la province, un groupe de citoyens s’est rassemblé, samedi midi, devant l’hôtel de ville de Québec. Les participants rattachés au groupe patriotique La Meute voulaient principalement protester contre les risques de l’islam radical et l’atteinte à la liberté d’expression que représente pour eux l’adoption aux Communes de la motion 103 sur l’islamophobie.

Les sympathisants du collectif La Meute ont manifesté à Québec contre l’islam radical et la perte de liberté d’expression.

(Photo TC Media – François Cattapan)

Malgré une température frôlant les -15 Celsius, un peu plus d’une cinquantaine de personnes se sont regroupées à Québec. Le rendez-vous organisé par la Coalition canadienne des citoyens concernés (CCCC) avait pour but de «défendre la culture canadienne et québécoise contre la menace de l’islam radical, qui veut imposer la charia dans notre pays».

Les organisateurs avaient deux motifs à leur mobilisation. D’une part, chercher à éveiller les consciences contre ce qu’ils qualifient de «montée insidieuse de l’islamisme» dans notre société pacifiste et laïque. D’autre part, s’indigner envers la motion 103 qui, prétendent-ils, en ciblant un problème de racisme systémique inexistant, vient brimer la liberté de parole et d’opposition à des décisions qui sapent les droits civiques.

«Nous ne sommes pas racistes, nous sommes des patriotes qui veulent protéger les acquis de notre société. Nous ne sommes pas contre les immigrants, mais nous nous opposons à ce que nos gouvernements leur accordent des privilèges au détriment de la majorité. Sans intégration, nous croyons que le multiculturalisme met notre société en péril. Et, en empêchant toute critique contre l’islam, nos élus donnent le champ libre à son extrême radical», exprime le porte-parole de La Meute, Sylvain Brouillette.

Celui-ci dénonce que les politiciens se montrent trop prompts à réagir à des situations exceptionnelles. Se faisant, soutient-il, ils mettent en place des lois qui atteignent et réduisent graduellement les droits fondamentaux d’une société libre. Le collectif craint qu’en limitant la critique contre l’islam, non seulement on brime la liberté d’expression, mais en plus on cautionne les dérives vers l’islam radical.

«Avec la motion 103, on instrumentalise un drame humain comme la fusillade à la mosquée de Québec, sans en connaître les motifs réels, pour dénoncer un problème de racisme systémique qui n’existe pas. Pourtant, l’enquête n’est pas terminée et on ne sait rien de la motivation du tireur», allègue M. Brouillette, ajoutant que pareils crimes sont des exceptions qui confirment l’absence de racisme au Québec et au Canada.

Sylvain Brouillette, porte-parole de La Meute.

(Photo TC Media – François Cattapan)

Contre-manifestation

Les manifestants arborant principalement des drapeaux de La Meute et des pancartes dénonçant la motion 103 et réclamant la liberté d’expression ont dû faire face à de l’opposition. En effet, une contre-manifestation s’est organisée au même endroit, par le Mouvement étudiant révolutionnaire (MER) de Québec.

Contenue par les forces policières, sa trentaine de membres est venue scander des slogans antifascistes et antiracistes. Interrogé sur la provocation pouvant être associée à leur sortie opportuniste, un porte-parole préférant garder l’anonymat par crainte de représailles a répondu par la négative.

«Nous jouons leur propre jeu et réclamons aussi notre droit à la liberté d’expression. Nous voulons prendre part au débat qu’ils ont eux-mêmes lancé. Notre message est clair, dit-il : c’est non à l’exclusion et au repli sur soi. Les réfugiés et les immigrés sont les bienvenus pour contribuer à enrichir notre société.»

Outre Québec, des manifestations contre l’islam radical et la motion 103 ont été organisées, samedi, par le CCCC et La Meute à Montréal, Drummondville et Saguenay. Les choses se sont déroulées relativement dans le calme, sauf dans la métropole ainsi qu’à Toronto, où des échauffourées sont survenues entre manifestants de la droite et de la gauche.

TC Media

Une contre-manifestation était organisée par le MER de Québec.

(Photo TC Media – François Cattapan)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *