Actualites
18:03 5 janvier 2017 | mise à jour le: 5 janvier 2017 à 18:03 Temps de lecture: 2 minutes

Engorgement inhabituel dans les urgences de la région

HOPITAUX. Dans les hôpitaux de la région, janvier est souvent signe de grippe et de gastro, ce qui engorge les urgences. L’année 2017 a commencé avec le même résultat, mais cette fois, les causes sont différentes.

(Photo TC Media – Archives)

Au CHU de Québec-Université Laval, on ne s’inquiète toutefois pas trop. «L’achalandage est qualifié de « fort », mais ce n’est pas exceptionnel pour la période. Les choses se font de manières très fluides et il y a très peu de longues attentes (48 heures et plus)», affirme Pascale Saint-Pierre, porte-parole pour le CHU de Québec-Université Laval.

Quand elle parle d’achalandage fort, c’est que l’urgence est sollicitée à plus de 100%. «Aujourd’hui [jeudi], l’urgence de l’hôpital Saint-Sacrement est à 170%», lance-t-elle comme exemple.

Selon Mme Saint-Pierre, les causes ne sont pas celles qui sont habituelles en cette période de l’année. «C’est particulier cette année, car les urgences ne sont pas engorgées par la grippe et la gastro. En ce moment, c’est très varié. Il y a des problèmes vasculaires, cardiaques, respiratoires et une minime partie en orthopédie. À ce niveau, il est difficile de dire si c’est en lien avec la neige et le pelletage, car nous n’avons pas ce niveau de détail. Une chute dans un bain serait caractérisée de la même façon qu’une chute sur de la glace.»

Bien faire les choses

Bien qu’elle rappelle qu’il n’est pas possible de lier les consultations à l’urgence avec les conditions de neiges abondantes, Pascale Saint-Pierre suggère tout de même quelques recommandations de la Santé publique. «On suggère de pelleter par en avant et non sur les côtés. Il faut éviter les torsions. Il faut aussi y aller lentement, par petits coups. Si on veut aller trop vite pour aller faire autre chose, ce n’est pas efficace.»

La porte-parole y est aussi allée d’un petit conseil qu’elle applique personnellement. «On dit aux conducteurs d’adapter leur conduite. Il serait aussi important de faire le message aux piétons. Il faut adapter son pas.»

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *