Actualites
14:56 18 janvier 2017 | mise à jour le: 18 janvier 2017 à 14:56 Temps de lecture: 3 minutes

Les salles de tir ne sont plus les bienvenues près des commerces

MUNICIPAL. La Ville de Québec entreprend de resserrer son règlement sur les salles de tir, de sorte à les écarter des artères commerciales. L’émergence d’un établissement pour pratiquer le tir avec des armes à air comprimé sur la rue Saint-Jean, dans le Vieux-Québec, n’est pas étrangère à la démarche.

La Ville de Québec ne veut plus voir de salles de tir s’installer dans les secteurs commerciaux de ses arrondissements. « C’est un trou qu’il y avait dans la réglementation et le cas Saint-Jean nous a indiqué qu’il y avait une problématique à régler », explique la vice-présidente du comité exécutif de la Ville de Québec, Julie Lemieux.

Lundi, les élus ont voté pour la modification du règlement qui encadre les salles de tir à l’arme de poing ou à air comprimé, pour qu’elles fassent l’objet d’un usage spécifique. Actuellement, ce type d’établissement est permis dans les secteurs zonés « lieu de rassemblement », un usage qui englobe notamment les commerces et restaurants.

Une « prise de conscience commune » justifie la démarche de la Ville, fait valoir Julie Lemieux. L’élue raconte avoir fait part de son malaise aux responsables de la salle de tir de la rue Saint-Jean dès son ouverture l’an dernier. « Du côté de la SDC [société de développement commercial] on nous a dit être très mal à l’aise aussi avec ce commerce-là », complète-t-elle. « On a exprimé notre inconfort et je pense que le propriétaire a compris », conclut Mme Lemieux, en faisant référence au départ imminent des locataires qui géraient la salle de tir, tel rapporté ce mercredi dans le Journal de Québec.

À l’étape où en est la modification, la Ville de Québec ne sait pas encore où l’usage spécifique concernant les salles de tir pourrait être autorisé. Julie Lemieux ne s’en cache pas : « Ce n’est pas vraiment le genre de commerce qu’on veut voir poindre ». On se penchera tout de même pour voir dans quels secteurs ce type d’activité pourrait être désormais permis, conclut-elle.

La modification au règlement doit être soumise à une consultation publique qui précédera une séance du conseil municipal.

Outre la salle de tir de la rue Saint-Jean, Québec compte deux clubs de pratique situés à Beauport et Charlesbourg.

Autres établissements qui font l’objet d’usages spécifiques

La liste des usages spécifiques à laquelle la Ville de Québec veut ajouter les salles de tir comprend notamment :

-les aéroports;

-les centres de détention;

-les chenils;

-les cimetières;

-les dépôts à neige.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *