Actualites
17:28 12 juin 2017 | mise à jour le: 12 juin 2017 à 17:28 temps de lecture: 2 minutes

Pas de mouvement « anti-transport collectif », dit le maire

MUNICIPAL. Le maire de Québec Régis Labeaume n’a pas senti de mouvement «anti-transport collectif» lors des consultations sur la mobilité; ni à Neufchâtel, qu’il a cité en exemple, ni ailleurs.

Le maire de Québec, Régis Labeaume.

(Photo TC Media – Archives)

«À Neufchâtel, s’il y avait eu un mouvement anti-transport collectif, on l’aurait senti», a déclaré le maire, selon qui «visiblement ça n’existe pas».

Régis Labeaume a insisté ne pas avoir ressenti d’opposition à l’idée lors des quatre consultations tenues la semaine dernière: «On a vu 750 personnes et il n’y a personne qui est allé dire que le transport collectif, ça n’a pas de bon sens. De toute façon, on est rendu en 2017. Tout le monde sait que ça prend du transport collectif. La question c’est quelle sorte et quelle qualité on doit lui donner. Je pense que c’est assez clair».

Le maire dit avoir entendu ceux qui se sont plaints de la qualité du transport, particulièrement dans les secteurs nord et est de la Ville. Ce genre de commentaire était attendu de sa part. Il assure qu’«il n’y aura pas de projet si les gens de la banlieue ne sont pas servis».

Une première partie de la réponse pour les secteurs en périphérie viendra à l’automne avec le plan du Réseau de transport de la Capitale (RTC), a conclu le maire. Québec a un œil sur les technologies les plus innovantes et planche sur d’autres moyens de transport que l’autobus pour certains quartiers. 

Faits saillants

-725 ont participé aux consultations en salle;

-160 interventions on été reçues en ligne;

-5350 questionnaires ont été complétés.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *