Actualites
22:13 27 juin 2017 | mise à jour le: 27 juin 2017 à 22:13 Temps de lecture: 3 minutes

Une exposition sur l’histoire du FEQ

SOUVENIRS. Pour souligner ses 50 ans d’histoire, le Festival d’été de Québec a élaboré une exposition extérieure où chaque décennie de l’événement est mise à l’honneur.

L’exposition se construit autour des cinq décennies du festival.

(Photo TC Media – Prisca Benoit)

Le Festival d’été de Québec s’est installé dans le parc de l’Amérique Française, devant le Grand Théâtre de Québec, pour sa toute nouvelle réalisation. Cinq grands panneaux, bordés d’un immense nombre reflétant la décennie qu’ils représentent, racontent l’histoire de cet événement phare de la vie culturelle de la capitale.

«Avant ça, il n’y avait rien l’été à Québec», raconte Hélène Trépanier, l’une des cofondatrices de l’événement, accompagnée de deux autres des sept membres à l’origine du projet, Bernard Pelchat et Hélène Savoie. Le groupe de jeunes dans la vingtaine avait envie d’un événement culturel où toutes les disciplines allaient être représentées, des spectacles musicaux en passant par le cinéma, le théâtre et les arts visuels.

Pour élaborer la nouvelle installation, la responsable de l’exposition, Nathalie Perron, a choisi de remonter le temps et d’explorer, une décennie à la fois, les grands succès du Festival d’été. Chaque décennie est ensuite subdivisée en deux parties où on découvre des archives des éditions passées. «Le Festival d’été que j’ai trouvé dans les archives n’était pas celui que je connaissais.»

Pour chaque décennie, on est allé chercher des photos d’archives de l’événement. Sauf que certaines décennies, surtout la première, ont demandé un travail de recherche particulièrement poussé, comme les archives se faisaient rares, voire quasi inexistantes, selon Mme Néron. «On a dû plutôt se tourner vers les articles de journaux, raconte-t-elle. On a également fait des recherches à la bibliothèque et archives nationales du Québec où on a trouvé des petits trésors.» Parmi ceux-ci, la seule copie restante de la toute première affiche du festival qui se trouvait… en Outaouais!

Les visiteurs peuvent parcourir les allées où plusieurs photos d’archives sont illustrées.

(Photo TC Media – Prisca Benoit)

Pour agrémenter les images et les archives, le FEQ y est allé de faits cocasses, ludiques et inédits qui surprendront les visiteurs. Par exemple, si on mettait bout à bout toutes les éditions du festival, on obtiendrait 590 jours de festivités. Ou encore, l’édition de 1971 a été la plus longue avec un total de 24 jours. Côté budget, les organisateurs avaient commencé avec un montant proche des 17 000$, bien loin des dizaines de millions de dollars investis de nos jours.

Certains artistes se sont aussi démarqués par leur présence assidue au Festival d’été de Québec. C’est notamment le cas des chanteurs Robert Charlebois et Plume Latraverse qui ont participé à neuf éditions de la fête. Mais le grand champion parmi les participants est l’Orchestre symphonique de Québec, avec un total de 16 éditions. «Un seul artiste a été là pendant toutes les décennies», a fait savoir Nathalie Perron, faisant référence à l’auteur-compositeur-interprète Gilles Vigneault.

L’exposition, gratuite, est offerte au public jusqu’au 23 juillet prochain.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *