Actualites
19:47 25 novembre 2017 | mise à jour le: 25 novembre 2017 à 19:47 Temps de lecture: 5 minutes

Groupes identitaires c. antifascistes: climat tendu dans le Vieux-Québec

Samedi après-midi, le moment était mal choisi pour les touristes et les citoyens des attraits du Vieux-Québec. Des centaines de manifestants de plusieurs groupes ont pris d’assaut les rues. Les forces de l’ordre ont procédé à l’arrestation de quelques individus.

La Meute manifeste.

Photo TC Media – Charles Lalande

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a fait l’annonce en début d’après-midi via David Poitras, agent aux communications, que 21 personnes avaient été arrêtées. Il s’agit d’un «groupe homogène» qui s’est fait passer les menottes, mais il a été impossible de savoir à qui il était affilié.  

Puis, vers 14h30, un groupe de manifestants antifascistes a été arrêté devant l’Assemblée nationale après avoir reçu «plusieurs avis de dispersion».

Afin d’éviter les débordements semblables à ceux survenus à la manifestation du 20 août, les forces policières étaient nombreuses samedi. Des journalistes ont eu vent d’une information voulant que «tous les policiers de Québec» étaient d’office. Plusieurs policiers de la Sûreté du Québec étaient sur place.

le porte-parole de La Meute, Sylvain Brouillette.

Photo TC Media – Charles Lalande

«Les effectifs pour assurer la sécurité sont impressionnants. Tout est prévu. Ça prendrait vraiment des gens inconscients pour faire de la casse», a dit le porte-parole de La Meute, Sylvain Brouillette.

« Petit froid » entre La Meute et Storm Alliance

Tension entre antifascistes et les policiers.

Photo TC Media – Charles Lalande

Sur le coup de 11h, les groupes La Meute et de Storm Alliance se sont alliés pour l’organisation de la manifestation qui a débuté au parc de l’Amérique française avant de se transporter vers l’Assemblée nationale pour rejoindre les antifascistes.

Sylvain Brouillette disait que «l’objectif était de protester contre le mépris du gouvernement complètement déconnecté de Philippe Gouillard qui travaille pour les minorités plutôt que de travailler pour le peuple».

Tension entre antifascistes et les policiers.

Photo TC Media – Charles Lalande

Le groupe disait également s’unir contre le burqa et le niqab: «Il faut se regrouper en changer les choses. Le burqa et le niqab devraient carrément être interdits. Il faut avoir la volonté de protéger les femmes. C’est un recul de 100 ans», a-t-il martelé.

De son côté, Dave Tregget, président et cofondateur de Storm Alliance, n’abondait pas dans le même sens à propos du burqa et du niqab. C’est ce qui explique la «séparation symbolique» entre les deux groupes lors de la manifestation. «Storm Allain ne s’en prend pas à ça. On laisse ça à La Meute. Il y a un petit froid en ce moment. Parfois, c’est difficile de s’entendre. Mais, aujourd’hui, on marche pour le Québec.»

Atalante Québec s’est invité à la fête en s’installant sur les remparts armés d’une pancarte : «Le Québec aux Québécois»

Photo TC Media – Charles Lalande

Antifascistes contre Atalante

Pendant ce temps, le CO25, un comité de personnes de la Ville de Québec, se réunissait devant l’Assemblée nationale pour s’opposer à la manifestation des deux autres groupes.

Le rappeur Webster s’est adressé à la foule en proposant à celle-ci de répandre son message : «Fuck La Meute».

porte-parole du CO25, Simon Pouliot

Photo TC Media – Charles Lalande

Le porte-parole du CO25, Simon Pouliot, s’est adressé aux journalistes : «On n’accepte pas que des groupes d’extrême droite se promènent dans la ville de Québec. On ne veut pas qu’ils se promènent sans qu’il y ait une opposition. […] Pendant une heure, on sera là avec de la musique et de la nourriture dans une ambiance très festive!»

Le côté festif a été remplacé par un important climat de tension avec les forces de l’ordre qui empêchaient le CO25 et La Meute de se croiser. En entrevue, M. Pouliot disait ne appeler à la violence, mais… «On ne contrôle pas ce qui se passe, ni les gestes des gens. On ne condamne pas la violence, mais il y a des gens qui sont morts le 29 janvier dernier dans leur lieu culte. Il y a des nazis dans ces groupes-là. Le 20 août, il y a eu un signe nazi sur René Lévesque. Le climat est toxique.»

Un antifasciste a même montré son postérieur en faisant des doigts d’honneur à Atalante Québec.

Photo TC Media – Charles Lalande

Vers 12 : 43, un groupe Atalante Québec s’est invité à la fête en s’installant sur les remparts armés d’une pancarte : «Le Québec aux Québécois». Les antifascistes se sont aussitôt empressés d’aller leur piquer une jasette. L’un d’eux a même montré son postérieur en faisant des doigts d’honneur à Atalante Québec!

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *