Actualites
15:52 16 septembre 2017 | mise à jour le: 16 septembre 2017 à 15:52 temps de lecture: 3 minutes

Inauguration de la place Jean-Béliveau

CENTRE VIDÉOTRON. Artistes, citoyens et politiciens de la Ville de Québec se sont réunis aux abords du Centre Vidéotron pour l’inauguration de la place Jean-Béliveau et l’œuvre d’art public La Rencontre en compagnie de la famille de M. Béliveau.

Élise Béliveau en compagnie de Régis Labeaume.

Photo TC Media – Charles Lalande

«Cette sculpture a fait couler autant d’encre que de bronze. À Québec, nous sommes humbles, mais pas tous les jours. C’est la plus grande œuvre de bronze coulée au Canada. Avoir su, j’aurais demandé où est la plus grande dans le monde et on l’aurait grossie!», a blagué Régis Labeaume, maire de Québec, avant d’être fort élogieux envers les artistes Pierre Sasseville et Jean-François Cooke.

M. Labeaume est convaincu que cette sculpture de 11 mètres deviendra un «élément emblématique de la région et un attrait touristique recherché par les touristes».

Décédé le 2 décembre 2014, Jean Béliveau, une légende du hockey et un véritable gentleman, était représenté par sa femme Élise et plusieurs autres membres de la famille et de son cercle d’amis, notamment Guy Lafleur, Jean-Guy Talbot, Serge Savard et Chris Nilan.

«C’est vraiment magnifique. Bravo! Mon mari aurait été très touché de voir cela. Nous avons passé la majeure partie de notre vie à Montréal, mais sa carrière a débuté à Québec. C’est ici que je suis née, mais c’est surtout ici qu’on s’est rencontrés», a raconté Mme Béliveau, qui n’a pu contenir ses émotions au début de son allocution.

Les deux cerfs installés devant le Centre Vidéotron

Photo TC Media – Charles Lalande

Bonzes et lapsus

Vice-présidente du comité exécutif responsable de la culture, du patrimoine et de l’aménagement du territoire, Julie Lemieux a elle-aussi fait l’éloge du duo Cooke-Sasseville avant de faire savoir que des bonzes de grands joueurs de hockey, dont celui de M. Béliveau, verront le jour prochainement devant l’amphithéâtre de Limoilou.

François Blais, ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale et député de Charlesbourg, parlait d’honorer un des grands «héros» du sport de la Vieille Capitale, mais il a plutôt prononcé le mot «zéros». Un lapsus totalement involontaire qui a bien fait rire les centaines de curieux, M. Labeaume et Mme Béliveau.

Le dévoilement de la plaque a attiré son lot de curieux.

Photo TC Media – Charles Lalande

Artistes satisfaits

Applaudis à de maintes reprises, Cooke et Sasseville ont le sentiment du devoir accompli: «Nous attendions ce moment depuis longtemps. C’est un projet important pour la ville de Québec. C’est une œuvre adaptée à notre époque et au monde d’aujourd’hui. Quand je regarde cette magnifique sculpture et la vaste place, j’ai le sentiment qu’on a réussi», a dit M. Cooke.

Les deux artistes, Pierre Sasseville et Jean-François Cooke.

Photo TC Media – Charles Lalande

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *