Quebec Hebdo
14:27 27 août 2021 | mise à jour le: 1 septembre 2021 à 14:39 Temps de lecture: 4 minutes

Faciliter la coparentalité

Faciliter la coparentalité
Photo: 123RF

De nombreux enfants doivent, sur une base régulière, faire la transition entre le domicile de papa et de maman que ce soit pour une garde partagée, alternée ou exclusive. Caroline Paquet, psychologue et médiatrice familiale, partage ses meilleures pratiques pour rendre le tout plus agréable pour les parents et moins bouleversant pour l’enfant.

La psychologue conseille d’abord de respecter, dans la mesure du possible, les horaires convenus au préalable entre les parents. «C’est certain que, parfois, des imprévus peuvent survenir, mais respecter l’horaire est une question de respect entre les parents. C’est aussi facilitant pour l’enfant puisqu’il sait à quoi s’attendre et ne passe pas une demi-heure à attendre papa sur le bord de la porte», expose-t-elle. Elle prévient aussi de s’entendre avec l’autre parent avant de parler de changements d’horaire avec l’enfant. «Ça évite les déceptions et les conflits!»

Respecter son coparent et lui faire confiance revient souvent dans le discours de la psychologue et médiatrice. «C’est important de préserver l’image de l’autre parent auprès des enfants, même si la relation entre les deux parents n’est pas facile ou au beau fixe. Il faut savoir mettre nos émotions et nos sentiments de côté pour le bien des enfants.» Dans le même ordre d’idées, elle suggère de rester prudent sur les plaintes que peut faire l’enfant en revenant de chez maman ou chez papa. «Souvent, ce ne sont que des malentendus. En discutant avec l’autre parent, on peut mieux comprendre les situations et cela évite en même temps de valider pour l’enfant la possibilité de manipuler l’un ou l’autre des parents s’il sait que ceux-ci communiquent ensemble.»

«Il faut savoir mettre nos émotions et nos sentiments de côté pour le bien des enfants.»

-Caroline Paquet

Nourrir l’amour des enfants

Dans l’idéal, les coparents s’entendraient assez bien pour transmettre les informations concernant leurs enfants sur une base régulière. «Mais surtout pas en texto ! C’est la pire chose à faire à moins d’une urgence. Ce que je propose aux parents que je rencontre et pour lesquels la communication est plus difficile, c’est de s’envoyer un courriel informatif à la fin de leur tour de garde. Une liste d’informations concernant l’enfant sans aucune émotion idéalement», conseille-t-elle.

Il va de soi que les parents devraient toujours se consulter avant de prendre des décisions. «Mais pas devant l’enfant quand tout le monde est dans le cadre de la porte. Ça nuit au processus de transition harmonieux si l’enfant sent de l’animosité ou de l’insatisfaction entre ses parents. Ce n’est pas le moment pour discuter. J’aime bien l’image du livreur de pizza: on l’accueille en souriant, on gère rapidement et on lui dit au revoir!» Elle croit par ailleurs que les transitions qui se font dans des lieux neutres comme l’école ou le service de garde sont plus faciles pour l’enfant. «Il dit au revoir le matin à l’un des deux, et bonjour à l’autre en fin de journée. C’est moins de tourments pour lui que de passer de l’un à l’autre au domicile.»

Pour diminuer au maximum les risques de frictions, Caroline Paquet propose de faire un bon plan parental à l’aide d’un médiateur si nécessaire.

Puis, dernier point, elle recommande de respecter la propriété de l’enfant. «Souvent, les parents vont dire: j’ai payé ce jouet ou ce vêtement donc il doit rester chez moi sinon parfois il ne revient pas. Je comprends que cela peut être ennuyant pour un parent. Mais ce qui compte c’est que l’enfant ait le choix d’apporter d’un domicile à l’autre les objets auxquels il tient. C’est une question de sécurité parfois, comme dans le cas d’une doudou ou d’un toutou que l’on ne peut pas remplacer. Mais c’est aussi une question de respect pour ses choses. C’est un effort que les parents doivent faire pour le bien-être de leur enfant.»

 

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *