Quebec Hebdo
08:24 7 août 2021 | mise à jour le: 8 août 2021 à 11:10 Temps de lecture: 2 minutes

Moins de chômeurs qu’avant la pandémie en juillet à Québec

Moins de chômeurs qu’avant la pandémie en juillet à Québec
Photo: /Photo Métro Média – ArchivesLa situation du marché de l’emploi revient à ce qu’il était avant le début de la crise sanitaire.

STATISTIQUES. Le taux de chômage s’est établi à 4% au mois de juillet alors qu’il était de 5,1% le mois précédent, Québec détient ainsi le plus faible taux de chômage au pays. Cette contraction marque le retour du taux de chômage sous le niveau du mois de février 2020 (4,1%) une première depuis le début de la pandémie.

«Pour sa part le nombre de chômeurs a atteint 17 900 en juillet, soit une chute de 4600 personnes en chômage (-20,4%). Non seulement ce nombre est drastiquement inférieur au sommet inscrit lors de la première vague, mais il est également sous le niveau observé avant la pandémie (18 700 chômeurs), un seuil jamais franchi depuis le début de la crise», note Émile Émond, économiste à Québec International.

Il ajoute que le passage de la région au palier d’alerte vert s’accompagne d’une excellente nouvelle. Il y a moins de chômeurs aujourd’hui qu’en février 2020 (-4,3%). Cette situation détonne avec les écarts enregistrés pour la même période à Montréal (+42,6%) et dans l’ensemble du Québec (+28,4%).

Redressement

En juillet 2021, Statistique Canada estimait le nombre de personnes en emploi à 427 200 dans la région de Québec, soit une hausse de 5 700 emplois (+1,4%). Il s’agit de la meilleure performance mensuelle de la région depuis le mois d’août 2020.

«Grâce à cette augmentation, le marché du travail a renoué avec la croissance, après 6 mois consécutifs de recul. Le niveau d’emploi en juillet se situe désormais à 98,3% du niveau qui prévalait tout juste avant l’éclatement de la crise (février 2020). Ce retard est le 7e plus important parmi les principales régions canadiennes, derrière Calgary (98,3%) et devant Toronto (96,4%) par rapport au niveau prépandémique», souligne M. Émond.

Coup d’oeil aux données pour les principaux centres urbains au pays. /Tableau gracieuseté

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *