Quebec Hebdo
15:31 6 juillet 2021 | mise à jour le: 6 juillet 2021 à 15:31 Temps de lecture: 3 minutes

Les Ursulines font revivre leurs souvenirs

Les Ursulines font revivre leurs souvenirs
Photo: /Photo Métro Média – Perrine GrusonLa chapelle des Ursulines est au cœur du Vieux-Québec, sur la rue Donnaconna.

Foi. Une nouveauté estivale est proposée à la chapelle des Ursulines, dans le Vieux-Québec. L’exposition Échos du Chœur permet au public de visiter la chapelle tout en ayant dans les oreilles l’histoire de la communauté, racontée par les Ursulines elles-mêmes, ainsi que l’histoire de la chapelle et de Marie-de-l’Incarnation, fondatrice et pionnière des Ursulines en Nouvelle-France.

Les Ursulines ne sont plus qu’au nombre de quatre dans le Vieux-Québec, tout le reste de la communauté ayant migré dans un édifice plus adapté à sa population vieillissante, à Beauport. Pourtant, elles restent la mémoire vivante de l’histoire de cette communauté religieuse et du patrimoine du Vieux-Québec, y ayant encore tous leurs souvenirs.

Ceux-ci ont été enregistrés pour faire partie de l’exposition dans un audioguide immersif, à écouter lorsqu’on visite la chapelle. En plus d’une narration de la comédienne Jessica Ruel-Thériault, les Ursulines sont les véritables guides-animatrices. Elles expliquent à la fois les éléments d’architecture de la chapelle (retables, tableaux, vitraux, maître-autel) et leurs sentiments lors des célébrations en partageant parfois la naissance de leur foi.

Les tableaux sont expliqués et on apprend qu’ils viennent d’Europe et ont été sauvés lors de la Révolution française. C’est l’abbé Philippe-Jean-Louis Desjardins qui les fit venir à Québec à l’époque.

Les sœurs évoquent la crypte sous la chapelle et les gens qui y ont été enterrés au fil des années, aussi bien laïques que religieux.

Éducation et pédagogie

Les Ursulines ont eu comme mission de s’occuper de l’éducation des jeunes filles. Marie-de-l’Incarnation a été la pionnière dans le partage des savoirs et était reconnue pour son ouverture au peuple huron-wendat. Elle parlait d’ailleurs leur langue, tout comme elle leur partageait des rudiments de français. Cette transmission de savoir s’est poursuivie et en plus des deux écoles à leur nom, les Ursulines la continuent en évoquant dans l’audioguide l’importance pour elles d’écouter les enfants qui parlent.

L’importance des chants et des psaumes

La musique sacrée est omniprésente dans l’audioguide. On y entend les Ursulines se répondre lors de chœurs pendant des célébrations religieuses. On comprend l’importance de la disposition des stalles de la chapelle intérieure pour le chant en chœur.

Une sœur mentionne également ce que veut dire pasmoldier. «C’est chanter toujours sur le même ton, sauf la fin».

L’orgue de la chapelle intérieure est un authentique Casavant, encore joué de temps à autre, puisque la chapelle est encore sacralisée et que des célébrations y ont encore lieu.

L’exposition est disponible dès maintenant et fera partie des expositions permanentes du Pôle culturel du Monastère des Ursulines.

Vestige de la Nouvelle-France

Édifiée en 1722, la chapelle des Ursulines est démolie et reconstruite dans sa forme actuelle en 1902. Son décor de bois sculpté et doré à la feuille d’or par les Ursulines elles-mêmes demeure l’unique exemple de décor religieux datant de la Nouvelle-France à être conservé dans son intégralité.

Sœur Lise Munro était disponible pour parler de ses souvenirs et de ses impressions. Elle est l’une des quatre sœurs à résider dans l’édifice du Vieux-Québec.

 

 

 

 

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *