Quebec Hebdo
08:32 11 juin 2021 | mise à jour le: 11 juin 2021 à 10:50 temps de lecture: 3 minutes

Vers la meilleure année sur les chantiers résidentiels depuis 30 ans

Vers la meilleure année sur les chantiers résidentiels depuis 30 ans
Le marché de la construction résidentielle devrait poursuivre sur sa lancée et connaître une année record en 2021 au Québec. /Photo Métro Média – Archives

PRÉVISIONS. L’avenir s’annonce prometteur pour l’industrie de la construction résidentielle au Québec. La plus récente mise à jour des pronostics de mises en chantier annonce l’atteinte de 60 000 nouvelles unités en 2021. Il s’agit d’un sommet inégalé depuis le début des années 1990.

Pareille situation s’explique par le fait que l’année a démarré sur les chapeaux de roue. Ainsi, des records d’activité ont été enregistrés lors de chacun des cinq premiers mois. C’est d’ailleurs ce qui amène l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) à réviser à la hausse ses prévisions.

«Depuis le début de la pandémie, la demande pour l’achat de propriétés est survoltée. Notamment grâce à la baisse des taux d’intérêt, à la hausse du taux d’épargne et aux changements de préférences des consommateurs. Aussi, nombre d’acheteurs ont opté pour une habitation neuve, alors que sévit un manque criant de propriétés existantes à vendre», observe Paul Cardinal, directeur du service économique de l’APCHQ.

Cette année, des hausses de mises en chantier sont attendues pour les segments de la maison unifamiliale et de la copropriété. Parallèlement, la construction de logements locatifs, déjà en pleine ébullition, devrait se stabiliser. Rappelons que celle-ci avait atteint l’an dernier un sommet depuis 1987. Finalement, une hausse de la construction résidentielle est aussi anticipée dans les régions rurales.

Ressac en 2022

La demande demeurera forte en 2022, mais il faut néanmoins s’attendre à un retour à la normale. Le fléchissement prévu est de l’ordre de 11%, alors que les mises en chantier se chiffreront à quelque 53 500 habitations dans l’ensemble de la province.

«L’envolée des prix, conjuguée à une hausse prévisible des taux d’intérêt, entraînera une dégradation de l’abordabilité. Cela fera fléchir la construction d’habitations (unifamiliales et copropriétés) pour propriétaires-occupants. La baisse sera plus prononcée du côté du segment locatif. La pandémie a fait chuter le solde migratoire et les taux d’inoccupation ont déjà entamé une remontée à certains endroits. Dans ce contexte, les mises en chantier d’appartements vont se tempérer quelque peu», soutient M. Cardinal.

Croissance des dépenses en rénovation

Au chapitre de la rénovation, l’APCHQ anticipe une forte augmentation (+15%) en 2021. Les dépenses cumulatives devraient s’élever pour la première fois au-dessus de la barre des 15G$ au Québec. En 2022, la croissance des dépenses en rénovation reprendra un rythme plus habituel de 7%, pour atteindre 16G$.

Parmi les éléments qui ont un impact favorable, le fort volume de reventes des derniers mois et les taux d’intérêt historiquement bas sont annonciateurs de nombreux projets de rénovation. De plus, plusieurs ménages continueront de convertir une partie de leur budget loisirs en travaux, afin d’améliorer ou embellir leur propriété. Enfin, les mesures annoncées par le gouvernement fédéral lors du dernier budget, en vue de stimuler les interventions écoénergétiques, donneront un élan supplémentaire aux investissements en rénovation», conclut M. Cardinal.

Projections annuelles par segment

  • 2021: 14 500 unifamiliales + 8500 copropriétés + 28 000 logements + 9000 unités en régions rurales = 60 000 mises en chantier.
  • 2022: 13 500 unifamiliales + 8000 copropriétés + 22 000 logements + 10 000 unités en régions rurales = 53 500 mises en chantier.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *