Quebec Hebdo
14:09 28 mai 2021 | mise à jour le: 28 mai 2021 à 14:09 temps de lecture: 3 minutes

Levée de boucliers du Front commun contre le tunnel Québec-Lévis

Levée de boucliers du Front commun contre le tunnel Québec-Lévis
Photo: /Photo Métro Média - Vincent Desbiens

Opposition. Le Front commun contre le tunnel Québec-Lévis, entre autres composé de plusieurs comités citoyens, a riposté vendredi à l’annonce du Réseau express de la Capitale par le gouvernement du Québec, le 17 mai dernier.

C’est entourée de représentants des quartiers centraux de Québec que la députée de Taschereau, Catherine Dorion, a déclaré «qu’il y aura une lutte citoyenne comme il n’y en a pas eu depuis longtemps si ce projet sorti des années soixante-dix n’est pas abandonné».

La députée de Québec solidaire affirme que les instigateurs du tunnel Québec-Lévis n’ont visiblement pas pris connaissance des effets dévastateurs que ce projet aura sur le terrain. «Ils se sont basés sur des cartes, ils n’ont pas pensé que ça allait considérablement modifier l’allure du centre-ville, et pas pour le mieux».

D’après les revendications du regroupement, les sommes colossales investies pour la construction d’un tunnel pourraient être utilisées à bien meilleur escient. «On pourrait mettre un terme à la crise du logement actuelle en investissant une partie de ces sept à dix milliards dans des logements sociaux, qui eux amélioreraient réellement la qualité de vie des Québécois», explique le coordonnateur du Comité de citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur, Dominique Sacy.

Le Front commun juge que de dépenser autant d’argent des fonds publics dans un projet «sorti des années soixante-dix» serait irresponsable de la part du gouvernement. «Pensez à ce que vous voulez léguer aux générations futures, M. Legault», plaide la porte-parole de la Coalition étudiante pour un virage environnemental et social, Chloé Proulx.

Elle souligne également que la Coalition avenir Québec demande aux jeunes «d’écouter la science» en ce qui a trait à la vaccination, mais qu’elle ignore les recommandations de celle-ci lorsqu’il est question d’infrastructures routières.

Malgré l’absence marquée de représentants de la banlieue parmi les membres du regroupement d’action citoyenne, Mme Dorion soutient qu’il ne s’agit pas d’un affrontement entre les habitants du centre-ville de Québec et ceux qui résident en périphérie. «Nous sommes très compréhensifs envers les résidents de la banlieue. Ils sont entourés d’autoroutes qui les encouragent à utiliser la voiture plutôt que les transports en commun.»

Environnement

Le ministère des Transports du Québec a lancé les appels d’offres pour réaliser une étude d’impact sur l’environnement pour le projet du tunnel Québec-Lévis. Le processus de recherche devrait débuter à l’automne.

Le ministre François Bonnardel dit être «convaincu que les constats qui émaneront de cette analyse rigoureuse et indépendante permettront d’assurer la réussite du projet, au bénéfice d’une meilleure mobilité», dans un communiqué de presse publié vendredi matin.

Catherine Dorion a ouvert la porte à un compromis pour la construction d’un tunnel, à condition qu’il soit uniquement consacré au transport en commun. «L’objectif serait d’inciter les gens de Lévis à sauver du temps en évitant de prendre leur auto et de provoquer davantage de trafic, qui crée de la pollution de l’air, mais aussi de la pollution sonore », conclut-elle.

«C’est le début d’une longue série d’événements de mobilisation citoyenne qui débute aujourd’hui. On vous en fait la promesse: les bulldozers ne passeront pas.»

-Catherine Dorion

 

 

 

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *