Quebec Hebdo
11:20 2 mai 2021 | mise à jour le: 7 mai 2021 à 10:42 temps de lecture: 2 minutes

Mois de la prévention des agressions sexuelles

Mois de la prévention des agressions sexuelles
(Photo gracieuseté - Pixabay)

L’Alliance des femmes de la francophonie canadienne (AFFC) souligne le début du mois de la sensibilisation et de la prévention aux agressions sexuelles.

Après un an de mesures de confinement diverses, la sensibilisation et la prévention des agressions sexuelles sont, plus que jamais, nécessaires. Les différentes mesures sanitaires et le confinement ont révélé plusieurs problèmes. Les données et observations recueillies au cours des derniers mois ont confirmé que le confinement exacerbe les agressions sexuelles et autres formes de violence envers les femmes.

Selon les statistiques, les femmes sont les plus à risque d’être victime d’agression sexuelle au cours de leur vie et dans plus de la moitié des cas (52%), elles connaissent leur agresseur. Par ailleurs, les données sont encore plus saisissantes pour les femmes autochtones puisqu’environ une femme sur cinq sera victime d’agression sexuelle.

« Il est désolant de constater qu’en 2021 les femmes continuent d’être les principales victimes d’agressions sexuelles. La dernière année nous a prouvé qu’il y a encore beaucoup de travail à accomplir. La langue dans laquelle ces services sont donnés vient jouer pour beaucoup dans l’accessibilité à l’ensemble de la population. La prévention et la sensibilisation des agressions sexuelles passent par toute la société. Tant que les femmes continueront d’être victimes, nous sommes toutes et tous concernés », déclare Lily Crist, présidente de l’AFFC.

L’AFFC souligne les efforts qui ont été faits dans ce sens durant la crise de la COVID-19, mais continue d’affirmer qu’il est essentiel pour les femmes francophones d’obtenir des services en français. La prédominance de services offerts en anglais empêche certaines femmes de dénoncer et ainsi de se libérer de leur traumatisme. L’offre de services en français permettra à plus de femmes de dénoncer leur agresseur et ainsi de faire tomber les barrières et les tabous entourant les agressions sexuelles.

 

 

Source : Alliance des femmes de la francophonie canadienne

info@affc.ca

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *