Actualites
15:55 13 avril 2021 | mise à jour le: 26 avril 2021 à 15:47 temps de lecture: 3 minutes

Nouvelle unité Covid-19 et délestage de services à Québec

Nouvelle unité Covid-19 et délestage de services à Québec
Dr Stéphane Bergeron, directeur des services professionnels au CHU de Québec, craint l'atteinte prochaine du seuil critique dans les unités dédiées à la Covid-19 de la Capitale. /Capture-écran

SANTÉ. La crainte que la troisième vague de la pandémie soit pire que les deux précédentes se confirme à Québec. Devant la hausse des hospitalisations liées à la Covid-19, la direction du CHU de Québec doit à nouveau moduler certains services de soins. L’aggravation de la situation, combinée à un manque de ressources, oblige un recentrage des efforts de lutte et de prise en charge des cas de complications.

Dans son plus récent bilan, les autorités sanitaires font état de 63 patients Covid dans les établissements du CHU, dont 14 aux soins intensifs. Les équipes sont confrontées à une hausse de 20 hospitalisations dans les derniers jours, auxquelles s’ajoutent sept cas dans les urgences. À ce rythme, on anticipe que la capacité de 100 lits soit prochainement atteinte à Québec. En plus, une centaine de soignants se trouvent affectés ou en retrait préventif, ce qui ajoute un déficit d’effectifs.

«Ainsi, dès mercredi, une série de lits réguliers sera ouverte à l’hôpital Saint-François-d’Assise. Déjà trois unités de soins intensifs dédiées à la Covid-19 sont en activité à l’hôpital de l’Enfant-Jésus. Nous en ajoutons une autre à l’Hôtel-Dieu de Québec. Hélas, des lits, on peut en ouvrir plusieurs, ce qui est plus difficile c’est de disposer des ressources humaines nécessaires», explique en point de presse Dr Stéphane Bergeron, directeur des services professionnels au CHU de Québec.

Modulation inévitable

La hausse importante de la propagation du coronavirus dans la Capitale oblige à planifier du délestage. «On avait repris un certain rythme et atteint près de 90% de la normale, mais ce n’est plus possible de maintenir la cadence. Dès mercredi, pour suffire aux besoins croissants avec les effectifs à notre disposition, on doit procéder à un délestage de 20 à 35% des activités régulières. Cela représente environ 100 chirurgies de moins par semaine», précise Dr Bergeron.

Seuls des départements priorisés comme l’oncologie, l’obstétrique et la pédiatrie sont préservées de ses réductions de services. «La situation est évolutive, ajoute Dr Bergeron. Il faut s’adapter, car on atteint le seuil critique qu’on souhaitait éviter. C’est triste, mais certains patients devront patienter encore un peu. Nous demeurons persuadés que nous arriverons à relever le défi. Au besoin, d’autres ajustements et du délestage pourraient être effectués, si les augmentations de cas et surtout d’hospitalisations devaient se poursuivre.»

Information et prévention

Au terme du point de presse, le directeur des services professionnels au CHU de Québec a tenu à souligner le dévouement du personnel de la santé après un an de crise sanitaire. Il demande à la population de les supporter en respectant les consignes sanitaires. «Nous sommes tous tannés, convient-il. Le ras-le-bol est généralisé. Il faut faire les derniers efforts dans le dernier droit de la pandémie. Évitons de se mettre à risque afin de ne pas venir s’ajouter aux cas d’hospitalisations liés à la Covid.»

Les personnes touchées par les mesures de délestage seront contactées pour confirmer le report des rendez-vous. Elles peuvent s’informer au 418 649-5654. Par ailleurs, les services d’urgence demeurent accessibles en tout temps.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *