Quebec Hebdo
13:53 30 mars 2021 | mise à jour le: 30 mars 2021 à 14:42 temps de lecture: 5 minutes

Efforts pour préserver le parc des maisons de chambres à Québec

Efforts pour préserver le parc des maisons de chambres à Québec
Le groupe de travail veut faciliter le parcours vers la ressource vitale et souvent de dernier recours avant l’itinérance qu’est la maison de chambres. /Photo gracieuseté

LOGEMENT. Préoccupée par l’accès à un toit pour tous ses citoyens, la Ville de Québec accroît ses efforts pour combler la diversité des besoins résidentiels. C’est dans cette optique qu’elle dévoile une Stratégie concertée sur le maintien et le développement du parc de maisons de chambres et de pensions.

Issu d’un groupe de travail composé de représentants des milieux communautaires et institutionnels, cet engagement s’inscrit dans la Vision de l’habitation 2020-2030. Il prévoit l’ajout de 2600 nouveaux logements sociaux et abordables. Près du tiers de ceux-ci seront destinés aux personnes itinérantes, à risque de le devenir et aux jeunes issus des services de la protection de la jeunesse.

«Depuis plusieurs années, nous constatons l’effritement du parc de maisons de chambres et de pensions, déplore le maire de Québec, Régis Labeaume. Nous avons été témoins de mises en vente, de fermetures, d’immeubles insalubres et de propriétaires à court de moyens financiers pour rénover leurs propriétés. Ces facteurs ont contribué à la baisse de l’offre de logements pour les clientèles vulnérables. Le contexte actuel de pandémie a accru l’urgence d’agir pour prévenir et réduire l’itinérance.»

1300 = nombre de chambres à Québec en date de 2015 et probablement en baisse depuis.

«Les maisons de chambres sont essentielles pour les personnes éprouvant des difficultés à se loger convenablement. Dans bien des cas, elles constituent le dernier logement où ces personnes habitent avant de fréquenter des refuges. À l’inverse, il s’agit souvent de la première option résidentielle après l’itinérance ou à la sortie d’un hébergement transitoire», illustre Émilie Villeneuve, membre du comité exécutif responsable du développement social et de l’habitation.

Au-delà du maintien, l’objectif vise ambitieusement à accroître l’offre pour éviter au maximum que des personnes se retrouvent sans-abris. /Photo gracieuseté

Série d’actions envisagées

À court terme, le plan stratégique 2021-25 proposé par le groupe de travail cible 24 actions prioritaires. Parmi celles-ci, on retrouve:

  • La réalisation de 800 nouveaux logements sociaux et communautaires de type chambres, studios et petits appartements;
  • L’accompagnement des locataires et le soutien au milieu de vie dans les nouveaux projets résidentiels;
  • Le soutien accru aux propriétaires de maisons de chambres pour mettre aux normes leur immeuble, grâce à la bonification des programmes d’aide;
  • L’actualisation de l’étude Vivre en maison de chambres dans la ville de Québec: portrait, expériences et enjeux (2015).

En quête de fonds additionnels

Même si plusieurs pistes d’action peuvent être abordées avec les budgets actuels, certaines nécessitent du financement gouvernemental additionnel. Selon le maire Labeaume, chaque nouveau logement social nécessite un investissement de 235 000$. Les besoins financiers supplémentaires sont évalués à 11,6M$, soit 7,4M$ pour la création des 800 nouveaux logements et 4,2M$ pour le soutien au milieu.

C’est la Ville qui coordonnera la Stratégie sur le maintien et le développement du parc de maisons de chambres et de pensions à Québec. Le groupe de travail collaborera à la mise en œuvre du plan stratégique 2021-25. Afin d’en assurer l’efficacité, des groupes composés de locataires et de propriétaires de maisons de chambres seront formés.

Ce qu’ils en disent:

«Pour une partie de nos clientèles vulnérables et économiquement défavorisées, les maisons de chambres sont parfois la seule solution résidentielle leur permettant de se stabiliser ou d’éviter le décrochage social et, avec le soutien de nos équipes, de s’intégrer dans la communauté. Ce projet s’inscrit parfaitement dans notre engagement à poser des gestes concrets afin d’amener, au moment opportun, les services appropriés vers les personnes en situation de besoin.» – Guy Thibodeau, d.g. adjoint du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale

«Dans l’éventail des solutions et des mesures permettant de prévenir l’instabilité résidentielle, les maisons de chambres et de pensions répondent aux besoins en habitation de plusieurs citoyens de Québec. La stratégie de la Ville met en lumière les défis de ce secteur moins connu et invite aux efforts concertés nécessaires pour les relever.» – Claude Foster, d.g. de l’Office municipal d’habitation de Québec

«Avec la stratégie sur le maintien et le développement du parc de maisons de chambres et de pensions, la Ville se dote d’un levier d’intervention important auprès des populations les plus marginalisées et en instabilité résidentielle. La maison de chambres, c’est la porte de sortie de la rue puis c’est la dernière escale.» – Jimena Michea, coordonnatrice du Regroupement pour l’aide aux itinérants et itinérantes de Québec

«La maison de chambres donne à des personnes vivant des enjeux sociaux et économiques une occasion de logement, qui bien souvent, leur permet d’éviter la rue. Il ne faut pas la voir comme un problème, mais il faut plutôt travailler à trouver des solutions et à améliorer les conditions de vie des personnes qui souhaitent y habiter.» – Marie-Hélène Vallée, coordonnatrice du Comité Maison de chambres de Québec

Le dossier a été piloté par la conseillère municipale et membre du comité exécutif responsable du développement social et de l’habitation, Émilie Villeneuve. /Capture-écran YouTube

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *