Actualites
14:27 18 mars 2021 | mise à jour le: 18 mars 2021 à 14:28 temps de lecture: 3 minutes

Les syndiqués de la santé manifestent leur impatience à Québec

Les syndiqués de la santé manifestent leur impatience à Québec
Le deux syndicats CSN du CIUSSS de la Capitale représentent ensemble plus de 13 000 personnes salariées dans le milieu de la santé. /Photo gracieuseté

TRAVAIL. Déplorant la lenteur des négociations, les membres des syndicats CSN du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale ont manifesté devant les bureaux du ministère de la Santé à Québec. Ils tenaient à réitérer leur ras-le-bol, au sortir d’une assemblée générale au cours de laquelle ils ont voté en faveur d’un mandat d’augmentation des moyens de pression. À cet égard, il est envisagé d’aller jusqu’à recourir à la grève à exercer au moment jugé opportun.

Le constat des travailleurs est sans appel: les offres actuelles du gouvernement sont nettement insuffisantes. Pour Richard Boissinot, président du Syndicat des travailleurs du CIUSSS de la Capitale, il est impératif que M. Legault et ses ministres responsables prennent acte du rejet catégorique de leurs offres. De réels mandats de négociation doivent être accordés aux porte-parole des tables de négociation.

«Malgré les beaux discours du premier ministre, les porte-parole patronaux n’ont clairement pas de mandat. On est encore très loin d’un règlement satisfaisant, qui répondrait à la fois aux besoins du réseau et à nos revendications en matière de salaire et de condition de travail. La pénurie de main-d’œuvre qui sévit dans plusieurs titres d’emploi du réseau de la santé et des services sociaux ne pourra se résorber sans une bonification des salaires et des conditions de travail», estime-t-il.

Population interpellée

Par l’intensification des moyens de pression et la volonté exprimée de se préparer à exercer une grève si nécessaire, les salariés du réseau de la santé interpellent aussi la population. «C’est pour l’ensemble des Québécois qu’on se bat. Collectivement, on mérite mieux que ces services publics qui s’écroulent. Le gouvernement doit agir maintenant», ajoute Nicole Cliche, présidente du Syndicat des professionnels et techniciens de la santé et des services sociaux de la Capitale.

«C’est un message clair qui est envoyé. Les syndicats du CIUSSS de la Capitale ferment la boucle des nombreuses assemblées générales. Le ras-le-bol exprimé est partagé et nous ferons ce qu’il faut pour que le gouvernement prenne ses responsabilités et agisse pour que la crise dans les services publics se résorbe. Pour ça, ça prend plus que de bons mots à la télévision», lance Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN).

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *