Actualites
10:23 8 mars 2021 | mise à jour le: 8 mars 2021 à 15:52 temps de lecture: 5 minutes

Journée internationale des femmes: plus d’égalité demandée

Journée internationale des femmes: plus d’égalité demandée
Photo: /Photo Métro Média - ARCHIVESUne manifestation à l'occasion de la Journée de la femme, le 8 mars 2020, juste avant l'arrivée de la pandémie et des mesures sanitaires.

En ce lundi 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, des initiatives ont été lancées et des demandes sont adressées aux différents paliers de gouvernement pour réduire les inégalités entre les sexes. Le gouvernement du Québec rend quant à lui hommage à quatre femmes qui ont marqué l’histoire du Québec.

Femmes qui ont marqué l’histoire

La ministre de la Culture et des Communications du Québec, Nathalie Roy, annonce la désignation comme personnages historiques de quatre femmes qui ont marqué l’histoire du Québec dans les domaines de la littérature et du journalisme. Il s’agit de Gabrielle Roy, Judith Jasmin, Laure Conan et Robertine Barry.

Les quatre femmes désignées comme personnages historiques :

  • Gabrielle Roy est considérée comme l’une des plus grandes écrivaines du Québec et du Canada. Née au Manitoba, elle est d’abord institutrice et artiste dramatique. Elle publie son premier roman, Bonheur d’occasion, en 1945 et remporte le prestigieux prix Femina en 1947. Son œuvre écrite demeure l’une des plus importantes au Québec et au Canada.
  • Figure marquante du journalisme, Judith Jasmin a été comédienne, critique de théâtre et réalisatrice d’émissions radiophoniques avant de faire son entrée comme journaliste au Service international de Radio-Canada en 1947. Elle passe à la télévision en 1952 et devient grande reporter en 1957.
  • Félicité Angers, dite Laure Conan, est considérée comme étant la première femme d’expression francophone à avoir mené une carrière dans le domaine de la littérature au Québec et au Canada. Sa première nouvelle, Un amour vrai, paraît en feuilleton dans la Revue de Montréal en 1878 et en 1879. Félicité Angers adopte dès lors le pseudonyme de Laure Conan et choisit de gagner sa vie en écrivant. En 1882, elle publie en feuilleton son œuvre phare, Angéline de Montbrun, un roman psychologique précurseur, qui est imprimé en livre en 1884. Laure Conan produit des œuvres littéraires à un rythme soutenu. Elle entame aussi une carrière de journaliste dans les années 1890. Elle signe près de 200 articles dans plusieurs revues et journaux.
  • Robertine Barry est réputée pour être la première femme à vivre du métier de journaliste au Québec. Elle fait ses premières armes dans ce domaine en collaborant au journal étudiant du couvent des Ursulines de Québec. Après avoir publié quelques articles et contes dans les pages du journal libéral La Patrie, elle est engagée en 1891 pour rédiger une chronique hebdomadaire.

(SOURCE Cabinet de la ministre de la Culture et des Communications)

Une première association des femmes en toiture au Canada

En opération depuis 2016 aux États-Unis, l’Association nationale des femmes en toiture ou en anglais National Woman in Roofing (NWiR), un organisme bénévole à but non lucratif qui soutient et fait progresser la carrière des femmes oeuvrant dans le domaine de la toiture, annonce la création du premier Conseil canadien en partenariat avec l’Association canadienne des entrepreneurs en couverture (ACEC).

Une marche

La Coalition régionale de Québec de la Marche mondiale des femmes organise une marche inclusive non-mixte ce lundi midi afin de revendiquer, à quelques semaines du dépôt du budget provincial, une relance économique sociale et féministe. Parmi les revendications: l’élimination de la pauvreté et de la violence, ainsi que la justice climatique comme priorité sociale et gouvernementale, ainsi qu’un traitement égalitaire pour toutes les femmes migrantes, immigrantes et autochtones.

Équité salariale et femmes minoritaires

L’Alliance des femmes de la francophonie canadienne (AFFC) demande aux autorités gouvernementales qu’elles en fassent davantage pour régler les iniquités salariales qui affligent les femmes, particulièrement celles qui vivent avec plusieurs identités minoritaires (immigrantes, racialisées, francophones, LGBTQ2E+, etc.).

«Au Canada, de façon générale, les femmes gagnent encore 24 % de moins que les hommes pour des emplois de valeur égale. Quand on fait la comparaison pour les femmes racialisées, l’écart se creuse énormément, atteignant 40 % », lance Lily Crist, présidente de l’AFFC.

42M $ à trois organisations de coopération internationale de la ville de Québec

Pour souligner la Journée internationale des femmes, Jean-Yves Duclos, député de Québec et Président du Conseil du Trésor, a annoncé le financement d’un important projet de coopération internationale favorisant les droits et l’accès des femmes aux soins de santé sexuelle et reproductive de qualité.

Le gouvernement du Canada financera, à hauteur de 42 300 000 $ sur sept ans, le projet Renforcer la santé sexuelle et reproductive au Bénin, Burkina Faso et Mali (PLURIELLES), qui sera mis en œuvre conjointement par le Centre de coopération internationale en santé et développement (CCISD), SOCODEVI et Avocats sans frontières Canada (ASFC), trois organisations de Québec. À ce financement s’ajoute la contribution de 4 230 000 $ et l’assistance technique de la Fondation One Drop pour améliorer les pratiques en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène en milieu de soins grâce à l’approche unique d’Art social pour le changement de comportement de la fondation.

 

 

 

 

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *