Actualites
10:08 23 février 2021 | mise à jour le: 23 février 2021 à 19:32 temps de lecture: 3 minutes

Tramway: des groupes d’intérêt dénoncent les engagements reniés

Tramway: des groupes d’intérêt dénoncent les engagements reniés
Pour les groupes environnementaux, le projet de tramway repose sur des données probantes et constitue la colonne vertébrale du futur réseau structurant de transport en commun. /Illustration gracieuseté – Ville de Québec

TRANSPORT. L’orientation que prend la saga du tramway ne plaît pas du tout aux groupes d’intérêt environnementaux de Québec. Ceux-ci déplorent le constat partagé que le gouvernement provincial «renie ses engagements et met en péril le projet» de réseau structurant.

Accès transports viables, le Conseil régional de l’environnement de la Capitale, Équiterre et Vivre en Ville parlent d’une seule voix. Leurs dirigeants s’insurgent contre les propositions gouvernementales qui ne constituent pas des améliorations au projet. Ils considèrent même que la récente remise en question s’apparente à un abandon pur et simple du travail accompli. Il y a risque de devoir à repartir de zéro.

Pour eux, «l’abandon de la section vers le secteur Legendre, où doit être construit le centre d’entretien, générerait un retard qui compromettrait la présence de consortiums qualifiés. Cette remise en question, à ce niveau d’avancement du projet, s’apparente à du sabotage pur et simple, sous le prétexte fallacieux de tenter de desservir la banlieue».

Les mots choisis dans un communiqué conjoint ne sont pas tendres. Les acteurs environnementaux évoquent «un manque de leadership régional du gouvernement» et une apparente «discorde», qui risquent d’être fatals à cet investissement de 3,3G$ dans le transport en commun. Ils interpellent le premier ministre François Legault, pour qu’il respecte ses engagements et reprenne le dossier afin d’assurer sa réalisation.

Pas d’entente de principe

Du côté du gouvernement provincial, le ministre des Transports affirme que les discussions se poursuivaient toujours et qu’il n’y avait pas d’entente de principe. François Bonnardel dit comprendre que le projet est cher pour le maire Régis Labeaume et sa Ville. Il a pu s’enthousiasmer de voir progresser le dossier, mais jamais les échanges entre les collaborateurs de part et d’autre n’ont été finalisés.

Le ministre Bonnardel a tenu à donner sa version des faits dans une publication sur les réseaux sociaux. Il voulait apporter son éclairage sur les pourparlers en vue de dénouer l’impasse sur le tracé du tramway et améliorer le service dans la périphérie. La balle se trouve maintenant dans le camp du gouvernement, qui a annoncé reprendre le projet et présenter sa propre version prochainement. Une seule chose reste certaine, le tramway demeure le mode de transport lourd privilégié et les banlieues devront être mieux desservies.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *